Comment gérer l'oïdium de la vigne ?

L’oïdium est une des principales maladies de la vigne qui touche toutes les régions viticoles. Les attaques d'Erysiphe necator peuvent être imprévisibles. Si les mesures prophylactiques s’avèrent nécessaires, la lutte chimique reste essentielle lorsque le risque oïdium est identifié. Elle est pilotée avec l’outil d’aide à la décision Movida. En jeu : la qualité aromatique des vins, même avec quelques grappes oïdées.

Profil de la maladie

Leviers agronomiques

Depuis une dizaine d’année, toutes les régions viticoles sont confrontées aux attaques d’oïdium. La plante est particulièrement sensible pendant la période végétative car Erysiphe necator affectionne les jeunes feuilles. Les jeunes baies sont aussi très réceptives au champignon. Deux types d’épidémies s’observent :

  • Celles initiées par de l’inoculum conservé pendant l’hiver dans les bourgeons sous forme de mycélium dites « épidémie de type drapeaux » : les symptômes sont alors faciles à repérer et concernent essentiellement le cépage Carignan.
  • Celles dues à des projections d’ascospores issues des cléistothèces qui forment des colonies sur les feuilles.
La prophylaxie consiste à réduire la sensibilité de la vigne à la maladie en limitant la vigueur du cep. Une fertilisation raisonnée, un enherbement des rangs, les travaux en verts (rognage, effeuillage, éclaircissage, ébourgeonnage), le mode de palissage ou encore de taille permettront au viticulteur d’atteindre cet objectif. Le contrôle de la vigueur limite le tassement des feuilles, la compacité des grappes et favorise l’aération de la zone fructifère. Les produits phytosanitaires protègent mieux la grappe.

Conseils phytosanitaires

La lutte préventive est indispensable

Difficile de prévoir à l’œil nu les attaques d’oïdium ainsi que leur niveau d’intensité ! Le champignon peut déjà être installé dans la plante avant que les symptômes ne soient facilement visibles. L’outil d’aide à la décision Movida permet de suivre la pression maladie au niveau de la parcelle afin de traiter au bon moment et si nécessaire. La protection contre l’oïdium est réalisée jusqu’à la fermeture de la grappe. Le premier passage est effectué avec un fongicide présentant une haute efficacité sur l’oïdium en cours de développement afin d’empêcher la maladie de s’établir. La qualité de la pulvérisation reste un facteur clé dans la réussite de la protection contre l’oïdium. Les traitements fongicides face par face sur tous les rangs sont recommandés.

Gestion de la protection dans les parcelles sensibles

Dans les parcelles très sensibles, dites « à drapeaux », une protection précoce démarre dès le stade 2-3 feuilles étalées jusqu’à la fermeture de la grappe voire jusqu’à la véraison. Le traitement se positionnera plutôt en pré-floraison dans les parcelles sensibles, dès le stade 5-6 feuilles étalées.

Alternance des familles de fongicides

En appliquant les règles de l’alternance des familles chimiques propres à la gestion des résistances, le démarrage est réalisé avec un fongicide à forte action comme Luna® Sensation. Des produits de contact peuvent ensuite être appliqués.

Luna® Sensation, une efficacité prouvée sur 21 jours

Avec Luna® Sensation, composé de fluopyram, le viticulteur protège sa vigne contre l’oïdium pour une durée de 21 jours. Le produit apporte un haut niveau de protection et s’utilise en préventif, entre les stades boutons floraux séparés et début du grossissement du grain. Les bons résultats de Luna Sensation® ont été démontrés dans les essais conduits par Bayer et ses partenaires de 2012 à 2016. À noter : avec un programme associant l’antimildiou Profiler® à l’anti-oïdium Luna Sensation®, la protection contre ces deux champignons est sécurisée à une cadence de 21 jours.

Outils et services

Le déclanchement de la protection s’effectue grâce à l’utilisation de l’outil d’aide à la décision Movida. En fonction des données météo, de l’historique de la parcelle, il modélise la progression du de l’oïdium et du mildiou. Grâce à la méthode QPCR, il suit de façon précise la pression oïdium. Trois traitements ont été économisés en moyenne sur un programme classique de dix traitements grâce au pilotage de la protection fongicide avec Movida®. Ces résultats ont été obtenus dans une étude réalisée de 2006 à 2016 par Bayer dans les principales régions viticoles, en comparant des programmes conventionnels aux programmes suivant les préconisations Movida®.