Travail du sol : essentiel pour limiter la pression des adventices

Labour tous les deux ou trois ans, déchaumage, faux-semis : ces interventions en interculture aident à diminuer le stock de graines adventices et limitent les levées dans les cultures. Le travail du sol est un levier essentiel dans une stratégie de désherbage durable pour gérer, limiter ou préserver les parcelles du développement de la résistance.

Pendant l’interculture, l’effet du travail du sol sur la pression des mauvaises herbes est double.
Non seulement il détruit immédiatement des adventices déjà levées mais il impacte également, de façon indirecte, le stock semencier présent dans les premiers centimètres du sol.

Selon les situations, cette action permettra d’enfouir ou de remonter des graines pour les contrôler par la suite, de lever la dormance ou au contraire, de mettre en dormance certaines graines.

Déchaumage et faux semis pour limiter les levées d’adventices

Le déchaumage est le plus souvent réalisé dans la foulée de la récolte.
Si le temps est humide et doux, il stimule la levée groupée de certaines espèces : bromes ou géraniums en août, vulpins ou ray-grass en septembre-octobre. Dans une stratégie de lutte contre le chardon, le déchaumage est déconseillé car en segmentant les rhizomes, il peut aggraver le problème. Mais le plus souvent, l’action d’un déchaumage est proche de celle d’un faux semis.

Définition

Le faux-semis consiste à préparer un lit de semences fin et rappuyer très tôt avant le « vrai » semis. Il s'avère très efficace pour limiter les infestations précoces dans la culture s'il est réalisé assez tôt avant le semis, en favorisant le maximum de levées d’adventices.

Si les conditions le permettent, on pourra cumuler plusieurs faux-semis sur une même parcelle. Le sol ne doit pas être travaillé par la suite, ou toujours plus superficiellement par rapport à l’intervention précédente, pour ne pas faciliter la remontée des graines en surface. Sur le long terme, cette pratique réduit le stock semencier de la parcelle de façon non négligeable. La destruction des adventices s'effectuera chimiquement ou mécaniquement en fonction des conditions pédoclimatiques.

Epuiser le stock d’adventices grâce au labour

Les graines en profondeur perdent leur viabilité au cours du temps

Le labour permet de « tamponner » les évolutions de flore : s’il n’est pas trop dressé, il enfouit une grande majorité du stock semencier superficiel, et remonte les graines jusqu’alors incapables de germer car trop profondes. Les graines en profondeur perdent leur viabilité au cours du temps, notamment les graminées. Il élimine par la même occasion les adventices levées.

Le labour occasionnel peut donc s’avérer intéressant comme stratégie d’épuisement progressif de certaines espèces (vulpins, ray-grass...). C’est aussi un bon levier à activer suite à un échec de désherbage pour enfouir la totalité des semences produites en profondeur.

Vigilance

Ne pas répéter le labour tous les ans pour ne pas remonter à la surface les semences enfouies deux ans plus tôt.

Contre les bromes, le labour est très efficace, proche de 100%. Les systèmes en « non-labour continu » accentuent généralement les salissements de parcelles car ils concentrent les graines en surface, zone plus favorable aux germinations et levées.

De plus, la présence de résidus couvrant le sol dégrade l’efficacité des herbicides. Dans ces systèmes, la maîtrise des adventices reste possible mais nécessite une vigilance sans faille, et les échecs peuvent être plus lourds de conséquences.