Le faux-semis : un moyen de lutte efficace avant le semis

Le principe est simple : faire lever les adventices avant l’implantation de la culture pour pouvoir les détruire avant le semis.

Le faux-semis consiste à travailler les premiers centimètres (5 maximum), à la façon de la préparation d’un lit de semences sur sol frais, humide et rappuyé, durant la période de germination des adventices (optimum : fin août – début septembre). Les plantules qui vont émerger seront ensuite détruites chimiquement ou mécaniquement, avant l’implantation de la culture.
Il ne faut pas confondre le faux-semis avec le déstockage (réalisé en déchaumant) qui est un travail plus profond permettant d’enfouir les chaumes et de détruire les repousses estivales sans pour autant favoriser les levées d’adventices.

« En situation difficile, il faut un programme et des leviers agronomiques : cette année un labour + décalage de semis, ça a très bien marché à 90 %. Il faut combiner les deux, ne pas se passer des phytos car l’efficacité est au rendez-vous. »

Fabien Bellet
Ingénieur Technique – région Centre

Très efficace sur les adventices à levée automnale

Le faux-semis est très efficace pour les adventices d’automne comme le vulpin et dans une moindre mesure le ray-grass (sur la plateforme Herbinnov en 2016, c’est -10 % de ray-grass). Le faux-semis sera cependant fortement dépendant des conditions climatiques, son efficacité pourra être maximisée en réalisant 2 à 3 faux-semis, si la date de semis et les conditions le permettent.
Pour une efficacité maximale sur les parcelles difficiles, on pourra décaler la date de semis de 2 à 3 semaines afin de bénéficier de plus de temps pour réaliser un faux-semis supplémentaire, en diminuant la pression adventices par le décalage de la date de semis. 

Conseil

Il sera recommandé de diminuer la profondeur de travail passage après passage, afin de ne pas mettre en germination des adventices qui seraient enfouies plus profondément.

« Le raisonnement à la parcelle est indispensable mais cela reste compliqué à gérer. Dans un premier temps, il faut alors prioriser et gérer par îlots de parcelles : penser programme, agronomie, décalage de semis et bien sûr battre les parcelles les plus sales en dernier ! »

Éric Dabouineau
Ingénieur Technique – région Ouest

Résultats du faux-semis

La mise en oeuvre du faux-semis

Les matériels adaptés aux faux-semis

Utiliser les outils appropriés permettant d’émietter les 5 premiers centimètres du sol pour favoriser une levée optimale des adventices.

Faux-semis + labour : le duo gagnant jusqu’à 76 % d’épis de graminées en moins après 6 ans

Le faux-semis, comme le labour, permet chaque année de maintenir une pression adventice plus basse qu’avec un simple travail conventionnel du sol. L’observation des épis de graminées dans les témoins, après 6 ans de pratiques culturales, témoigne de l’efficacité de ces leviers agronomiques. En l’absence de faux-semis et de labour, l’infestation initiale est maintenue. Leurs efficacités restent cependant variables selon les années et les conditions climatiques.

Autre illustration de l’intérêt de combiner labour et faux-semis. Cet essai pratiqué à Herbinnov en 2016 montre à quel point l’association du labour et du faux-semis fait significativement baisser la densité de ray-grass au mètre carré : - 87 %.

A savoir

Labour en 2008 et 2013 - Un labour 1 année sur 3, associé à 1 à 2 faux-semis avant chaque blé, a permis de réduire de plus de 76% les populations de graminées dans les témoins, de manière durable.