Stratégies de désherbage maïs : un raisonnement en plusieurs étapes

Face au changement de la flore adventice des maïs, quelle stratégie de désherbage adopter ? Le point sur les clés de raisonnement à suivre pour optimiser, en un minimum de passages, les traitements herbicides et éviter la concurrence des mauvaises herbes vis-à-vis de la culture.

Le raisonnement destiné à obtenir la stratégie de désherbage appropriée à sa parcelle de maïs doit répondre, dans l’ordre, à deux premières questions :

  • À quelle problématique principale dois-je faire face ? Graminées, dicots, les deux ?
  • Quelle problématique spécifique dois-je résoudre ? Renouées, fumeterres, véroniques, liserons… ?

C’est en fonction des réponses à ces questions qu’une stratégie peut ensuite être élaborée. Le positionnement idéal des herbicides sera ensuite défini soit en prélevée, soit en post-levée, avec l’objectif d’un minimum de passage.

Intervenir le plus tôt possible

Prélevée ou post-levée ?

Le choix dépendra de la flore présente sur la parcelle, des conditions pédo-climatiques de la parcelle et de l’organisation de son temps de travail. L’essentiel étant d’intervenir le plus tôt possible afin de limiter, dès le départ, la concurrence des adventices et de sécuriser l’éventuel rattrapage ultérieur.

En prélevée, les traitements sont à réaliser de préférence tout de suite après le semis. Pour une efficacité optimale, il est préférable de traiter sur des sols frais et avec une pluviométrie de 15 à 20 mm dans les 8-10 jours après l’application du produit.

En post-levée, les traitements doivent être effectués à partir du stade 2-3 feuilles du maïs. Le choix des produits sera fait en fonction de la flore adventice présente.

Conseil

Les performances sont liées aux conditions d'application et au positionnement. Privilégier des interventions sur des adventices au stade jeune et viser en priorité les adventices difficiles.

Les conditions d'application (température de 10 à 25 °C et hygrométrie à plus de 60 %) sont nécessaires pour optimiser l’efficacité du traitement.

Le rattrapage après un premier traitement de prélevée ou de post-levée, quant à lui, se fait à vue, selon la pression et la spécificité de la flore présente.

S’appuyant sur ses nombreux essais réalisés depuis dix ans sur le terrain, Arvalis-Institut du Végétal conseille, pour chaque type de flore présente, les stratégies dans le tableau ci-dessous.

 
Passage unique en pré-levée ou en post-levée suivi éventuellement d’un binage
Post-levée – 2 passages
Passage unique de pré-levée complète ou pré-levée puis post-levée
Pré-levée puis post-levée
Graminées estivales     X X
Dicotylédones classiques X X X X
Dicotylédones émergentes   X   X