Le GAEC de la Ruelle, Treffendel (35)

L’enjeu eau est prépondérant près de Rennes. Le Gaec de la Ruelle est soumis à une réglementation stricte pour éviter les pollutions diffuses et les pollutions ponctuelles. Il joue la carte de la performance économique avec son troupeau laitier. Son objectif : montrer le panel de solutions pour mieux préserver l’environnement.

Présentation de l’exploitation

La priorité sur le Gaec de la Ruelle ? La sécurité des utilisateurs et le respect de l’environnement. Jean-Michel Massue, l’un des cinq associés, a en charge les cultures. Il veut être serein face à ces deux enjeux. Alors, il a répondu par l’affirmative pour expérimenter sur la ferme toutes les méthodes qui lui permettent de s’améliorer, notamment pour préserver la qualité de l’eau. « C’est plus qu’une fierté, c’est un privilège de faire partie des Fermes de références par rapport au respect de l’environnement, déclare-t-il. Nous essayons de faire au mieux notre travail ».

L’enjeu de la qualité de l’eau est prépondérant au Gaec de La Ruelle. Située sur deux bassins versants qui alimentent pour 40% en eau la ville de Rennes, la ferme est soumise à des contraintes réglementaires. Les sols ne sont pas labourés, 80% des parcelles sont drainées et l’assolement est typique des fermes de polyculture-élevage de Bretagne.

Pollutions diffuses, performance économique, exemples d’actions

Prévenir les pollutions diffuses

Les nouvelles technologies aident à sécuriser les pratiques et à éviter toutes pertes de produit dans l’environnement. L’accès au réseau des Fermes de références a permis à Jean-Michel Massue d’utiliser le système easyFlow™ dès sa sortie. « Le transfert des produits phytosanitaires du bidon dans le pulvérisateur évite tout contact avec le liquide, indique Jean-Michel Massue. Je démarre un chantier de pulvérisation serein. »

Les actions menées sur l’exploitation pour réduire l’utilisation des produits phytosanitaires et protéger la ressource en eau bénéficient au résultat technico-économique de l’élevage. Sur cette exploitation de vaches laitières, l’un des objectifs est d’obtenir l’autonomie alimentaire en introduisant la culture de protéines végétales. Le semis de colza est réalisé dans un trèfle violet installé pour couvrir le sol après la moisson. Les légumineuses sont récoltées au printemps pour nourrir les animaux, en remplacement du tourteau de soja, le colza est moissonné à maturité.

Optimisation des performances de l’exploitation agricole

Grâce à un outil d’aide à la décision stratégique, une connaissance fine de la situation de l’exploitation permet d’isoler les marges de progrès sur trois axes : la performance nourricière, la performance économique et la performance environnementale.

Semis de maïs au strip-till avec localisation d’intrants

Pour préserver la structure des sols et limiter le ruissellement, le strip-till a été adapté. En un seul passage, il réalise le semis, l’apport de solution azotée et le désherbage de pré-levée.