Oïdium de l'endive, un duvet blanc poudreux l'été

Les dégâts de l'oïdium sont rarement importants sur endive mais ils peuvent en déprécier la qualité.

Définition

L'oïdium de la salade est provoqué par un champignon appelé Golovinomyces cichoracearum ou Erysiphe cichoracearum. C'est une maladie considérée comme secondaire sur la plupart des salades mais qui se manifeste l'été, sur les endives, en conditions sèches.

Symptômes

Comme toutes les espèces d'oïdium, celui de l'endive apparaît à la face supérieure des feuilles. Elles sont alors recouvertes par un duvet blanc d’un effet poudreux.

Nuisibilité

Les dégâts de l'oïdium sont rarement importants mais peuvent déprécier la qualité de l'endive, du fait de la présence sur les feuilles du duvet poudreux. En cas d'attaque précoce et intense, l'absence de protection du feuillage peut malgré tout entraîner une baisse de rendement d'environ 10%.

Biologie, cycle

L'infection de l'endive par le champignon Golovinomyces cichoracearum, appelé également Erysiphe cichoracearum, débute à partir d'un inoculum primaire constitué soit par des ascospores, soit par des conidies. Ce champignon peut réaliser un cycle complet en quatre jours si les conditions lui sont favorables.

Les spores ou conidies germent rapidement, en deux heures, si les conditions climatiques sont sèches mais rythmées par des nuits fraîches et une faible luminosité. C’est entre 17 et 19°C que l'oïdium de l'endive se développe le mieux.

Sa croissance est stimulée par une lumière diffuse tandis que la lumière solaire directe contrarie son extension. C'est la raison pour laquelle on le trouve plus facilement sur les feuilles basses, à l’ombre, protégé par le sommet du couvert végétal.