Le maïs, levier agronomique pour réduire la pression du vulpin

En introduisant un maïs sur la plateforme Herbinnov Nord, l’objectif est de casser le cycle biologique du vulpin et de privilégier l’alternance des familles chimiques herbicides à l’échelle de la rotation.

Sur la plateforme Herbinnov Nord, l’objectif est de comparer l’impact des leviers agronomiques sur le long terme. Le maïs est introduit dans la rotation, sur les bandes labourées et non labourées. En effet, l’impact du labour sera évalué à l’échelle de la rotation et non de la parcelle.

Les trois leviers de la culture de printemps

La culture de printemps agit à trois niveaux. Elle permet de casser le cycle des adventices liées aux cultures d’hiver, notamment du vulpin très présent sur la parcelle Herbinnov nord. Elle évite ainsi la sélection de graminées qui lèvent préférentiellement en même temps que le blé d’hiver. Enfin, le maïs va recevoir un programme de désherbage qui permet d’alterner les familles chimiques à l’échelle de la rotation.

Sur cette plateforme le but n’est pas de comparer des produits mais plutôt des programmes permettant d’utiliser plus ou moins de modes d’action.

Des leviers agronomiques seront mis en place dans le maïs pour réduire au maximum l’infestation en graminées. Comme dans le blé, le désherbage mécanique sera associé aux programmes chimiques. La méthode des faux semis et l’utilisation de couverts seront aussi mis en place dans cette zone maïs.

Retour d'experience d'Hugues Comyn agriculteur dans la Somme

Sur ses 90 ha, Hugues Comyn est confronté à une infestation de vulpins et ray-grass. Il nous explique les pratiques qu’il met en place pour maîtriser ces graminées adventices. Parmi celles-ci : la diversification de sa rotation.

Quelles sont les problématiques désherbage que vous rencontrez sur votre exploitation ?

« J’ai eu une augmentation de la population de graminées sur mes parcelles : vulpin et ray-grass. Je pense que cela vient particulièrement des bordures qui lors de la récolte contaminent petit à petit le reste des parcelles. Il y aussi un effet rotation bien sûr. Auparavant j’étais en rotation colza/blé/blé/escourgeon. Avec ce type de rotation je me suis aperçu que la propreté de mes champs se dégradait progressivement. J’ai donc changé mes pratiques pour améliorer la situation. Je continue à faire des labours occasionnellement  et je fauche mes bordures à 20 cm pour écimer, couper l’épis et  éviter d'alimenter mon stock semencier. Je préfère faucher plutôt que broyer car cela me parait être un bon compromis pour gérer à la fois le salissement de ma parcelle et  préserver le gibier et la faune auxiliaire. »

 

Est-ce que vous avez changé votre façon de construire vos rotations ?

« Oui, je ne fais plus du tout de rotation avec trois céréales à pailles à la suite. J’ai introduitdavantage de cultures de printemps ; principalement de la  betterave il y a deux ans, du maïs grain il y a quatre ans, du pois protéagineux il y 5 ans et plus récemment du tournesol. Je compte développer de plus en plus cette oléagineux. Je trouve un autre avantage à introduire ces cultures : avoir une rotation plus équilibrée mais surtout pouvoir diversifier mon exploitation et avoir de nouveaux débouchés.  J'ai mis une place une MAE et je choisis aussi des cultures peu exigeantes en insecticides et fongicides. Je ne fais pas la course au dernier quintal mais j’essaie d’avoir un raisonnement pragmatique et d’adapter ma rotation au type de sol et au potentiel de chacune de mes parcelles. »

« Mon conseil : la diversité est clairement le maître mot pour limiter la résistance et semer du maïs est une bonne occasion pour utiliser des désherbants avec des modes d’action différents de ceux utilisés pour le blé »

Sarah Fatmi
Ingénieur conseil cultures et environnement