CONVISO® SMART, l’innovation désherbage betterave en seulement 2 passages présentée au salon Betteravenir

Les 25 et 26 octobre, les équipes de Bayer ont accueilli les visiteurs du Salon Betteravenir sur leurs deux stands dont l’un, extérieur, était dédié à CONVISO® SMART. Retour sur les bénéfices de cette méthode de désherbage innovante.

L’innovation CONVISO® SMART, a été l’occasion de nombreux échanges sur le Salon Betteravenir qui s’est tenu les 25 et 26 octobre à Berny-en-Santerre dans la Somme. Alliance de variétés de betteraves "SMART" naturellement tolérantes à un herbicide de la famille des ALS, le CONVISO® ONE, cette technologie révolutionne l’approche du désherbage.

Seulement deux passages herbicides pour obtenir une parcelle propre

Sur le stand extérieur de Bayer dédié à CONVISO® SMART, l’accent a été mis sur l’efficacité de cette solution face aux adventices difficiles dont les chénopodes, les ombellifères, les renouées et betteraves sauvages. La technologie se révèle la méthode la plus efficace lorsque cultiver la betterave devient impossible tellement les chénopodes et autres adventices complexes sont présentes.

Autre point clé souligné par les ingénieurs techniques de Bayer lors de leur présentation : la réduction du nombre de passages. Deux applications à 10 jours d’intervalle suffisent pour obtenir une parcelle propre. « Les planteurs relèvent en priorité la simplification du désherbage avec seulement deux passages et la gestion des betteraves sauvages », partage Cyprien Lasnier, expert Bayer betterave.

Au fil des échanges, il a aussi noté l’intérêt de planteurs qui cherchent à réduire leur IFT ou qui possèdent des parcelles localisées non loin des zones habitées : « Vis-à-vis des attentes sociétales, pouvoir moins sortir le pulvérisateur se révèle un atout », ajoute Cyprien Lasnier. L’objectif est alors de panacher les stratégies de désherbage en fonction de la répartition des parcelles.

« En betteraves, c’est difficile de réduire le nombre de passages d’herbicides. Deux applications de CONVISO® ONE sur des betteraves SMART naturellement tolérantes à cet herbicide suffisent pour obtenir une parcelle propre, même avec une abondance de chénopodes ! »

Antoine Deffontaines
ingénieur technique Bayer

Bien respecter le positionnement de l’herbicide CONVISO® ONE

Simplification ne veut pas dire moins de technicité dans la conduite du désherbage. La recommandation clé est de bien respecter le stade 2 feuilles vraies du chénopode pour positionner le premier traitement de l’herbicide CONVISO® ONE. « Le point de repère relié au stade du chénopode est fondamental pour que l’herbicide exprime toute son efficacité sur l’ensemble de la flore », enchaîne Cyprien Lasnier. Le deuxième passage intervient 10 à 15 jours après selon le développement de la flore. La persistance d’action permet de maintenir la parcelle propre jusqu’au recouvrement du rang puis jusqu’à la récolte.

« Deux passages en moins, ça m’intéresse ! C’est difficile de réduire les passages et je note aussi l’efficacité sur les chénopodes ainsi que la persistance d’action », partage Vincent Vandekerchove, planteur dans la Somme avec 30 ha de betteraves (au centre).

Pour Cyprien Lasnier « lorsqu’on présente la technologie CONVISO® SMART, les planteurs se montrent très intéressés par l’optimisation du temps de travail grâce à un désherbage qui se règle en deux passages et par le contrôle des chénopodes ainsi que des betteraves sauvages».

Le désherbage a été le fil conducteur sur les deux stands de Bayer. En complément de la présentation de la technologie CONVISO® SMART, l’équipe terrain Bayer présentait les fondamentaux du désherbage efficace dans la rotation, en lien avec une combinaison de pratiques culturales. Un focus a aussi été réalisé sur un nouveau fongicide contre la cercosporiose, maladie qui monte en puissance depuis quelques années, notamment dans la zone Nord de Paris où elle était historiquement moins présente. L’autorisation de mise sur le marché de cette innovation est attendue pour la campagne de semis 2025. « Ce projet montre une très bonne efficacité sur cercosporiose, et également sur les principales maladies fongiques de la betterave que sont la rouille, la ramulariose et l’oïdium » partage Mylène Striebel, Chef marché et responsable technique Betterave.