Botrytis de la tomate, pourriture grise des saisons humides

Le botrytis se développe en conditions humides ou lorsque la plante est affaiblie ou blessée.

Généralités

Le botrytis de la tomate est provoqué par un champignon commun à de nombreuses cultures : Botrytis cinerea. Cette maladie est aussi appelée pourriture grise. Une moisissure grise s’observe alors sur les différents organes de la plante. Ce champignon est un parasite dit « de faiblesse » et « de blessure » qui s’installe très souvent quand la tomate est affaiblie ou à partir d'une blessure de la plante. Ainsi, les techniques de conduite provoquant des plaies, même superficielles, telles que le "couchage" des plantes, favorisent les attaques de botrytis.

Symptômes

Tout organe, feuilles ou fleurs, en contact avec le sol est une porte d’entrée pour le botrytis. Le pathogène peut ensuite contaminer l'ensemble de la plante. Il se manifeste sous forme de taches spectrales, c'est à dire des auréoles pâles avec un petit point brun noir en leur centre. Le champignon se présente ensuite sous forme d'un duvet gris, d'où son nom de pourriture grise.

Nuisibilité

Le botrytis peut provoquer des dégâts importants aussi bien en pépinière sur jeunes plants qu'en culture de plein champ. Il est particulièrement dangereux en culture de tomates sous abri, surtout en hiver et début de printemps. Les dégâts qui concernent les différents organes de la plante (collet, feuilles, tiges et fruits) peuvent engendrer des pertes significatives, tant en rendement en raison du flétrissement de la plante, qu'en qualité, avec des fruits très dépréciés.

Biologie, cycle

Porté par le vent, Botrytis cinerea peut s’installer sur grande variété de plantes hôtes. Il se retrouve aussi sur la matière organique décomposée à la surface du sol ou dans le sol. Les tissus morts servent de réservoir. C'est un champignon constitué de filaments, ou mycelium. En surface des organes infectés ou dans les tissus en voie de décomposition, ces filaments se regroupent pour former des sclérotes, d’environ 2 à 3 mm. Ceux-ci peuvent rester viables pendant une longue durée.

Le botrytis produit ensuite des spores ou conidies pour assurer sa dissémination. Ces spores affectent en premier les parties mortes ou affaiblies de la tomate où elles trouvent des points d’entrée plus faciles : blessures, feuilles desséchées, pédoncules de bouquets récoltés.

Elles colonisent ensuite dans les tissus sains (feuilles, fruits) après avoir germé. Les conditions optimales pour cette germination sont surtout une forte hygrométrie. Le botrytis se développe donc principalement en saison humide. Mais une forte densité de plantes ou des plantes vigoureuses peuvent créer un microclimat favorable aux attaques sur tiges ou sur feuilles en maintenant de la fraicheur sous leur feuillage.