Traiter en tenant compte du vent

Pour optimiser le traitement et préserver l’environnement, la pulvérisation se raisonne selon la force du vent. Suite à l’arrêté du 4 mai 2017, pour éviter les dérives de pulvérisation et assurer une efficacité de traitement optimale, l’application de produits phytos s’effectue avec des conditions météorologiques précises.

La protection des riverains et de l’environnement est un enjeu sociétal essentiel lors des traitements. Parmi les précautions à prendre avant de traiter : vérifier la vitesse du vent à l’aide d’un anémomètre.

Le respect de la réglementation limite au maximum le risque de dérive. L’arrêté du 4 mai 2017 indique que les bonnes conditions de traitement sont respectées jusqu’à 3 sur l'échelle de Beaufort  (19 km/h maximum à ce jour, juin 2020).

Mesure de la vitesse du vent en Km/h

  • 1 à 11
    Beaufort 0 à 2
    Bonnes conditions de traitement
  • 12 à 19
    Beaufort 3
    Bonnes conditions de traitement avec augmentation du risque de dérive
  • 20 et plus
    Beaufort 4 à 12
    Ne pas traiter en pulvérisation ou poudrage

La qualité de la pulvérisation assure l'efficacité des produits et optimise l'investissement en ne touchant que la cible. C'est un des leviers pour concilier les enjeux environnementaux et des riverains. 

Utiliser des moyens homologués (liste officielle du Ministère de l'Agriculture), permet de supprimer la dérive de pulvérisation vers les bords de parcelles agricoles (gestion des zones non traitées). Ces zones sont riches en flore et en faune sauvage. Le principe est de pulvériser avec des gouttelettes de plus gros diamètre, moins sensibles au vent (buses) ou d'utiliser des moyens pour récupérer la bouillie (panneaux récupérateurs).

A SAVOIR : Le recours aux buses "antidérive" renforce la sécurité. À titre d’exemple, une buse à injection d’air reconnue officiellement réduit la dérive de plus de 66 % par rapport à une buse de référence.

Sur le même sujet :