Mélange autorisé ou non, telle est la question

Un mélange est la mise en commun d’au moins deux produits phytopharmaceutiques. Mais tous les mélanges ne sont pas autorisés : c’est l’étiquette qui apporte une partie de la réponse, à travers la classification et les mentions de danger.

A savoir

Les mélanges autorisés sont encadrés réglementairement par l’arrêté du 7 avril 2010 relatif à l’utilisation des mélanges extemporanés de produits visés à l’article L. 253-1 du code rural. Des modifications ont été apportées : un nouvel arrêté est entré en vigueur le 24 juin 2015.

Les mélanges interdits suite à l'entrée en application du règlement CLP

Les modifications de l’arrêté « mélanges » mentionnent les catégories de mélanges extemporanés de produits phytosanitaires interdits et devant faire l’objet d’une évaluation préalable :

  • au moins un produit étiqueté H300, H301, H310, H311, H330, H331, H340, H350, H350i, H360FD, H360F, H360D, H360Fd, H360Df, H370 ou H372
  • au moins deux produits comportant une des mentions de danger H341, H351 ou H371
  • au moins deux produits comportant la mention de danger H373
  • ou au moins deux produits comportant une des mentions de danger H361d, H361fd, H361f ou H362

Les grands types de mélanges qui sont aussi interdits

Jusqu’au 1er juin 2017, les règles antérieures (DPD) continuent de s’appliquer. Donc, sont également interdits les mélanges suivants :

  • au moins 1 produit étiqueté très toxique (T+) ou toxique (T)
  • au moins 2 produits comportant une des phrases de risque R40 ou R68
  • au moins 2 produits comportant la phrase de risque R48
  • au moins 2 produits comportant une des phrases de risque R62 ou R63 ou R64

Restent également interdits les mélanges comportant :

  • au moins un produit dont la ZNT est >= à 100 m
  • un produit contenant une des substances actives de la famille des « pyréthrinoïdes » et un produit contenant une des substances actives des familles « triazoles ou imidazoles » utilisés durant la floraison ou au cours des périodes de production d’exsudats, au sens de l’article 1er de l’arrêté du 28 novembre 2003 susvisé.

En dehors de ces aspects réglementaires, il faudra aussi vérifier la compatibilité physico-chimique, la compatibilité biologique et l’intérêt agronomique du mélange envisagé pour arriver à une décision finale. Vous pouvez obtenir ces informations auprès de Bayer Service infos.

Ordre d’incorporation recommandé

Pour la réalisation d’un mélange, il est conseillé de respecter l’ordre d’incorporation des produits dans la cuve. Dans ce cas, l’ordre à respecter est le suivant :

  1. Les produits travaillant sur la qualité de l’eau
  2. Les produits particuliers : inférieurs à 100 gr, sacs hydrosolubles
  3. Les solides, les granulés : WG, WP
  4. Les suspensions concentrés : SC
  5. Les suspo-émulsions : SE
  6. Les émulsions dans l’eau : EW
  7. Les concentrés émulsionnables : EC
  8. Les liquides solubles : SL
  9. Les adjuvants : huiles, mouillants
  10. Les correcteurs de carences : Mg, Mn, Cu, …
  11. Les engrais