LE MAG DU BIOCONTRÔLE - Épisode 2, saison 2 : En viticulture, les bons conseils pour se lancer dans le biocontrôle.

La vigne est le secteur le plus dynamique vis à vis de l'intégration des produits de biocontrôle. Mais comment se lancer sans prendre trop de risques ? Voici 5 clés à connaître pour introduire avec succès le biocontrôle sur sa parcelle !

Comment introduire le biocontrôle en viticulture sans prendre de risques ? Pour ce deuxième épisode de la saison 2 du Mag du biocontrôle, nous sommes allés à la rencontre d'Étienne Laveau, conseiller viticole et référent bio auprès de la Chambre d’agriculture de Gironde, afin qu'il nous livre les informations clés à connaitre avant de se lancer.

1- Acquérir de la connaissance

Il faut prendre le temps de bien connaître les produits de biocontrôle - leurs performances, les modalités d'utilisations - afin de les intégrer au mieux dans un calendrier de traitement, voire même de les substituer complètement à certains produits phytosanitaires.

2- Tester avant de généraliser

Certains produits de biocontôle, pour lesquels l'utilisation et la fiabilité sont connues, peuvent être utilisés directement sur la parcelle et ceci sans test. En revanche, d’autres produits vont nécessiter des phases de tests sur une portion de parcelle. Il est également possible de les intégrer à des programmes déjà existants, par exemple dans des phases de faible contamination pour que la prise de risques soit moins importante.

3- Attention, toutes les maladies ne sont pas égales face au Biocontrôle

Certains produits anciens, comme le soufre, fonctionnent très bien sur l’oïdium. En revanche, sur d’autres maladies comme le botrytis, les produits peuvent être moins fiables : il faut dans ce cas utiliser des méthodes prophylactiques pour améliorer les résultats.

4- Prévenir plutôt que guérir

Certains produits de biocontrôle sont efficaces et fonctionneront quasiment toujours à condition d'être bien utilisés. À l'inverse, d’autres produits devront être accompagnés de méthodes prophylactiques pour être réellement efficace : la pression maladie sur le vignoble étant ainsi diminuée, ces produits pourront agir plus facilement.

5- Ne pas hésiter à demander conseil

Les conseillers viticoles sont là pour apporter des conseils aux exploitants. Connaissance des produits, centres expérimentaux et expérience sur la durée permettent d’apporter une réelle expertise et des réponses sur l'usage des produits de biocontrôle : quelle efficacité ? Quelles modalités d’utilisation ? Quel calendrier de traitement ? Etc.