Quelle hauteur de rampe choisir pour une pulvérisation de qualité ?

Le choix de la hauteur de rampe, en grandes cultures, est un point capital pour la réussite d’un traitement. En effet, de cette hauteur dépendra la qualité de la répartition du produit sous la rampe, mais aussi le risque de dérive lors de l’application.

Régularité de la dose sous la rampe

Les buses à jet plat (jet pinceau) ont cette particularité de ne pas répartir la même volume (donc la dose) partout sous la buse. Le volume appliqué sous l’axe de la buse est maximum et plus on s’écarte de cet axe, plus le volume pulvérisé diminue (figure 1).

Or une pulvérisation de qualité, implique que la dose de produit soit strictement homogène partout sous la rampe. C’est donc pour cette raison qu’un « recroisement » des jets de chaque buse est indispensable. Ainsi, les volumes pulvérisés s’additionnent sur la cible, la dose devient alors uniformément répartie sous la rampe. (Figure 2) On obtient ce résultat quand la cible est couverte par un triple recouvrement.

Pour y parvenir, la hauteur de la rampe doit être ajustée en fonction de l’angle de la buse (Figure 3) :

  • Pour une buse à 110 °, le triple recouvrement est obtenu à une hauteur supérieure à 50 cm de la cible.
  • Pour les buses à 80°, il faudra positionner la rampe à 80-90 cm minimum au-dessus de la cible pour y parvenir.

Gérer la dérive

En matière de gestion de la dérive lors de l’application, il ne faut pas oublier que plus la rampe est haute, plus la pulvérisation est exposée au vent et donc plus le risque de dérive est élevé. Il faut donc traiter avec la rampe la plus basse possible, et comme précédemment évoqué, ne pas descendre en dessous de :

  • 50 cm au-dessus de la cible avec des buses à 110° et
  • 80 cm avec des buses à 80 ° 

Le plus bas possible est également à déterminer en fonction de la stabilité de la rampe, de la structure du sol et de la vitesse d’avancement … Par conséquent, souvent au cas par cas.