Désherbage en grandes cultures : les réponses à vos questions.

Vous avez été nombreux à vous inscrire et à participer au premier webinar de la série Culture Champs intitulé : "Désherbage grandes cultures, chaque point d'efficacité compte, pourquoi, comment ?" diffusé le 9 septembre en partenariat avec Terre-Net. Parmi vous, plusieurs ont souhaité aller plus loin en posant leurs questions. Nous les avons compilé ci-dessous en reprenant les réponses de Magalie Devavry, responsable technique herbicide céréales de Bayer.

Dans le cadre de la série Culture Champs, notre nouveau programme éditorial pour échanger avec les agriculteurs, nous avons souhaité accompagner chaque épisode d'un webinar (conférence en ligne) animé par des experts ou un agriculteur, pour aller plus loin et répondre à vos questions.

Le 9 septembre dernier, en complément du premier épisode dédié au désherbage en grandes cultures, nous avons lancé notre premier webinar intitulé "Désherbage grandes cultures, chaque point d'efficacité compte, pourquoi, comment ?", co-animée par Mathilde Carpentier (journaliste chez Terre-Net) et Magalie Devavry (Responsable Technique Bayer). 

Nous avons compilé ci-dessous un certain nombre de questions posées lors de ce webinar sur les thématiques de la qualité de l'eau, le semis, la gestion des résistances... Vous pouvez également visionner l'intégralité du replay de la web-conférence.

Faux semis, décalage de date de semis, semis direct

Gabriel D : Quelles sont vos recommandations sur les dates de semis pour obtenir une efficacité maximale du désherbage ?

Réponse : Nous préconisons un semis plutôt mi-octobre qui est compatible avec un programme automne + sortie d’hiver en veillant à adapter la variété semée pour préserver son potentiel de rendement.

Fabien D : Au sujet du décalage de la date de semis, Arvalis a montré dans plusieurs essais que la dynamique de levée est la même, mais les populations de graminées plus facile à détruire en semis précoces ! Il est donc plus efficace de semer beaucoup plus tôt, en août par exemple.

Réponse : La dynamique de levée des adventices peut être la même. Néanmoins, les essais que nous réalisons sur les plateformes Herbinnov montrent que le décalage de la date de semis peut réduire le niveau d’infestation des graminées de 50 % et dans ces conditions les produits sont d’autant plus efficaces. Concernant le désherbage d’automne, les conditions d’humidité du sol sont un paramètre indispensable pour maximiser l’efficacité des produits, fin octobre étant plus favorable que fin septembre.

Christian C : Quelle doit être la durée du faux-semis pour une bonne efficacité ?

Réponse : C’est variable en fonction des conditions météo de l’année. Dans le sec, il va falloir attendre les pluies. S’il y a suffisamment d’humidité, attendre deux à trois semaines entre le premier travail du sol et la destruction des adventices semble correct.

Fabien D : Si la pluie n’arrive qu’au 1er octobre, vaut-il mieux faire un faux semis ou semer et désherber ?

Réponse : Le faux-semis se réalise plutôt fin août début septembre pour gérer les ray-grass et les bromes, mi-septembre contre les vulpins. Sachant qu’il faut deux à trois semaines après le faux-semis pour que les adventices lèvent, un faux-semis début octobre arrivera trop près du semis.

Frédéric C : Travaillez-vous également le semis direct ?

Réponse : Nous prévoyons des essais sur la plateforme Herbinnov de Cravant (45) pour cette campagne. Cependant, nous ne recommandons pas le semis direct avec les produits d’automne qui nécessitent un bon enfouissement des graines pour éviter notamment le manque de sélectivité.

Pour aller plus loin

Gestion des résistances

Fabien D : Comment expliquer des soucis de ray-grass quand le blé est la seule culture d'hiver ?

Réponse : Cela peut venir d’une absence de rotation et de leviers agronomiques, ces derniers étant des paramètres importants pour diminuer son stock semencier et à terme le développement des résistances.

Hamid R : Je suis agronome au Maroc et je vous demande comment stopper la propagation du ray-grass résistant dans les champs de blé et de betteraves, sachant que les produits phytosanitaires disponibles sur le marché manquent d’efficacité ?

Réponse : On ne peut pas arrêter leur propagation mais on peut utiliser tous les leviers agronomiques (labour, rotation des cultures, faux-semis, décalage de la date de semis) pour limiter ces adventices et notamment introduire des cultures de printemps dans lesquelles il est possible d’utiliser d’autres modes d’action herbicides que sont les ALS (sulfo) ou les ACCase (FOP, DIM, DEN). Les ray-grass sont résistants à certaines familles chimiques mais pas à toutes. Il est aussi important de bien nettoyer la moissonneuse batteuse après récolte dans une parcelle où la résistance est avérée. Dans l’idéal cette parcelle devrait être récoltée en dernier.

Dominique J : L'efficacité du désherbage est-elle compromise cette année, avec le niveau de sécheresse exceptionnel de l'année ?

Réponse : Le labour va être compliqué à mettre en œuvre, le faux semis également, même si localement le peu de pluie reçu aura débloqué la situation. Partout ailleurs, le levier le plus approprié reste le décalage de la date de semis. L’implantation de la culture sera favorisée avec le retour des pluies, probable, tout comme l’efficacité des herbicides d’automne.

Pour aller plus loin

Itinéraires techniques innovants

Coralie R : Arvalis conseille d'introduire des couverts végétaux dans la rotation pour contribuer à lutter contre les adventices. Avez-vous testé ce levier dans vos essais ?

Réponse : Nous avons mené des essais avec notamment un semis de tournesol sous couvert végétal ainsi que le passage d’une herse-étrille sur notre plateforme Herbinnov localisée à Ondes (31). Ce type d’itinéraire technique innovant va être repris sur certaines de nos plateformes régionales pour cette campagne. Des visites seront organisées au printemps pour les agriculteurs qui le souhaitent.

Pour aller plus loin

La qualité de l’eau

Frédéric C. : Comment voyez-vous l'avenir du désherbage dans les sols drainés , vu le peu de produits homologués sur ce type de sol ?

Aurélien F. : Quel avenir pour le désherbage chimique en sol drainé ?

Réponse : Vous avez raison et de plus en plus de restrictions apparaissent dans les conditions d’utilisation des solutions herbicides, notamment en sols drainés. Nous menons, entre autres et en collaboration avec le réseau d’agriculteur des fermes de références, des expérimentations destinées notamment à développer un outil permettant d’obtenir les plages de traitement sur parcelles drainées qui pourra répondre aux enjeux du désherbage sur ce type de parcelle.

Pour aller plus loin