Vulpin, graminée fréquente

Le vulpin se développe au début du printemps avec une grenaison précoce.

Définition

Le vulpinAlopecurus myosuroïdes, lève de septembre à fin novembre, puis de février à début avril. Sa dormance est très faible et la profondeur optimale de germination est de 1,5 cm. Son Taux annuel de décroissance (TAD) est de 84%.

Ses signes particuliers sont le vert bleuté, l'absence de pilosité, avec une ligule membraneuse, tronquée et denticulée. La gaine est ouverte surlignée d’un liseré blanc.

Généralités

S’il est présent partout en France, il est surtout envahissant pour les cultures des régions tempérées, nordiques et humides.

Cette graminée est associée aux céréales d’hiver, au colza, au pois et céréales de printemps mais se révèle aussi nuisible au démarrage de la culture de betteraves.

Le vulpin préfère les sols riches, limoneux, limoneux argileux et argilo-calcaires.

Cartographie fréquence vulpin

Nuisibilité

Le vulpin entre vite en concurrence avec la culture pour en affecter son développement.

Stratégie de lutte

En céréales, pour lutter efficacement contre le vulpin, une stratégie de désherbage durable est à privilégier, alliant l’agronomie et la chimie.

La pratique d’un faux semis couplée à un déchaumage précoce juste après la récolte, est recommandée en fin d’été, voire au tout début d’automne, en conditions humides. Le travail du sol superficiel doit laisser une structure fine et rappuyée pour favoriser les levées.

Un labour tous les trois ou quatre ans est conseillé.

Quant à la lutte chimique, elle s’appuie sur l’alternance des modes d’action afin de limiter le développement de résistances.

 

Résistance aux herbicides

Le vulpin présente un risque de résistance aux herbicides issus des familles FOP, DIM, DEN (ACCase) ou sulfonylurées, triazolopyrimidines (ALS).

Cette résistance est apparue dans les systèmes de culture avec des rotations courtes de type blé/colza/céréales d’hiver.