Sur poirier, viser la deuxième génération de psylles

Les premières utilisations de Movento® sur poiriers ont confirmé l'importance de bien contrôler la deuxième génération de psylles en intervenant sur celle-ci au stade oeufs orangés.

Le psylle du poirier (Cacopsylla pyri) est un ravageur très redouté des arboriculteurs. Non seulement cet insecte piqueur-suceur occasionne de multiples dégâts sur le poirier, mais en plus il est devenu moins sensible à certains insecticides au fil des ans.

Le psylle passe l'hiver à l'état adulte qui ressemble à une petite cigale aux ailes translucides, de 2 à 3 mm de longueur. Vers la fin janvier, l'accouplement et la ponte débutent si la température se maintient plus de deux jours autour de 10 °C. Les œufs éclosent une semaine après la ponte et cinq stades larvaires sont ensuite nécessaires pour que l'insecte devienne adulte.

3 ou 4 générations par saison

Sur une même saison, trois à quatre générations de psylles peuvent se succéder. Les larves, comme les adultes, provoquent de gros dégâts dans les vergers en absorbant beaucoup de sève. Les arbres fruitiers s'épuisent et la récolte peut se trouver fortement réduite.

Par ailleurs, les larves sécrètent un miellat qui entraîne la formation d'une fumagine relativement abondante. Cela provoque la chute des feuilles et réduit la taille et le nombre des fleurs, entraînant ensuite parfois l'impossibilité de commercialiser les fruits.

Pour réduire les populations de psylles, il est conseillé de limiter la vigueur de végétation : raisonner la fertilisation et supprimer, par la taille, les gourmands situés dans la partie centrale de l’arbre, lieux préférés des psylles pour la ponte.

Les traitements insecticides sont essentiels pour limiter les populations de première génération (celles dites hivernales) puis de contrôler la deuxième génération. On les complètera avec des applications d’argile et on veillera à n’utiliser que des produits présentant un profil favorable sur les authocares et mirides, auxiliaires particulièrement efficaces sur larves et adultes de psylles.

Jusqu'à 21 jours de protection

Les traitements à base de Movento permettent jusqu'à 21 jours de protection contre les psylles en période de forte pression, ce que confirment des essais dans le Sud de la France. 

Les utilisations de Movento en 2012 ont par ailleurs confirmé l'importance de bien contrôler la deuxième génération (G2) de psylle en intervenant sur celle-ci au stade œufs orangés. Lors de cette dernière campagne, les pontes de la G1 ont été très perturbées par les pluies et le froid, entraînant des retard des pontes et des éclosions de la G2. Les arboriculteurs ont alors constaté un développement explosif des larves à la mi-juin.

C'est pourquoi en 2013, Bayer recommande de positionner Movento de mai à juin, au stade œufs orangés de la deuxième génération de psylles. Si la pression de cet insecte est forte, un autre traitement devra être réalisé trois semaines plus tard en alternant les familles chimiques. Movento est neutre sur punaises prédatrices. Il permet un relai efficace et précoce de ces auxiliaires indispensables pour un contrôle durable du psylle.

«Intervenir au plus tard en début d'éclosion »

Guy Blanc, responsable technique arboriculture Bayer

« Nous recommandons de positionner Movento au stade œufs orangés de la deuxième génération de psylles, au plus tard en début d’éclosion des premières larves.

En situation de forte pression de ce ravageur, un renouvellement peut s’avérer nécessaire 21 jours après le traitement, en veillant à alterner les matières actives. »

« Movento est à utiliser en préventif, au moment où les larves de psylle viennent juste d’éclore. A ce stade, il est efficace plus longtemps et sa rémanence est très bonne », Michel Desbouges, arboriculteur à Moissac (82).