Septoriose : raisonner programme, et non traitement

La protection du blé contre la septoriose se construit dans le cadre d’une approche globale à la parcelle. Elle s’appuie alors sur le programme établi tout au long du cycle végétatif et non sur le seul traitement en saison. L’objectif est d’alterner les modes d’action d’une même famille de matières actives afin de limiter le risque d’apparition de résistance du champignon.

La protection du blé contre la septoriose se construit dans le cadre d’une approche globale à la parcelle. Elle s’appuie alors sur le programme établi tout au long du cycle végétatif et non sur le seul traitement en saison. L’objectif est d’alterner les modes d’action d’une même famille de matières actives afin de limiter le risque d’apparition de résistance du champignon.

Si le risque de développement de la septoriose est avéré, l'application est à réaliser en préventif au stade dernière feuille étalée. L’outil d’aide à la décision Positif® permet d’anticiper la pression maladie et déclenche l’alerte pour traiter au moment le plus opportun.

Actuellement, la meilleure efficacité contre la septoriose s’obtient avec les formulations associant une triazole, comme le prothioconazole, à une matière active de la famille des SDHI, comme le bixafen.

La performance de la famille chimique des SDHI s’exprime avec le respect des fondamentaux d’un programme de traitement :

  • positionnement en préventif
  • utilisation de la dose recommandée
  • recours en complément à l’agronomie, notamment avec le travail du sol et le choix variétal