Rouille naine : jusqu'à 50% de pertes possibles en orge

L’eau est un facteur essentiel dans la germination des spores de Puccinia hordei, la rouille naine de l’orge. Cette maladie est moyennement nuisible mais trouve un point d’appui, en marge de la culture, dans les graminées adventices ou les repousses de céréales.

Définition

La rouille naine de l’orge présente le même développement que la rouille brune du blé, et les symptômes sont identiques. Elle est d’ailleurs couramment appelée rouille brune de l’orge et peut concerner l’ensemble des régions. Elle est favorisée par un printemps doux.

Sa biologie est identique à celle de la rouille brune du blé mais souvent un peu plus précoce. Elle peut provoquer jusqu’à 50% de pertes de rendement en cas d’infestation forte.

Symptômes

La rouille naine, dans un premier temps, provoque l’apparition de petites taches ovales de chlorose (pustules de rouille brune) sur les feuilles. Ces pustules déchirent la surface foliaire et libèrent une poudre brune (des spores) disséminées par le vent.

Selon les circonstances (climat ou résistance variétale), des auréoles chlorotiques peuvent se développer autour des pustules. En fin d’attaque apparaissent des pustules noires à la place des pustules brunes : c’est la phase sexuée qui débute.

Nuisibilité

Les feuilles sont les principaux organes attaqués. Les gaines le long de la tige sont parfois atteintes, et en cas de très forte infestation, les épis peuvent être touchés.

Les pertes dues à la rouille brune sont généralement de l’ordre de 10%, mais peuvent atteindre 40% en cas de fortes attaques sur des variétés de blés sensibles.

Cycle

La rouille est un pathogène obligatoire, nécessitant une plante hôte pour survivre et se multiplier. Son cycle comprend une phase sexuée et une phase asexuée.

La phase sexuée Elle se déroule sur des hôtes secondaires (adventices, repousses d’orge). Au cours de cette phase le champignon assure sa survie et sa multiplication. Les spores alors produites contamineront les cultures d’orge. La phase asexuée Elle a lieu sur l’orge : les spores germent en présence d’eau libre, et pour des températures comprises entre 15 et 25°C. Le champignon pénètre dans la plante en quelques heures et est capable d’effectuer un cycle complet en 7 à 10 jours, conduisant à la formation de pustules brunes et la libération de spores (urédospores). Ce cycle est plus court (6 jours) si les températures augmentent (> 25°C) pouvant conduire à des attaques explosives. Les cycles s’enchainent tant que les conditions favorables sont réunies. Les spores alors produites sont dispersées par le vent et contaminent l’ensemble de la parcelle.

C’est lorsque les conditions deviennent défavorables à ces cycles (fin de printemps, été), que des spores qui contamineront les adventices (hôtes secondaires) sont produites. Elle démarre une nouvelle phase sexuée.