Ray-grass sur céréales, colza, betterave, maïs, tournesol, pois protéagineux et féverole

Les ray-grass font partie des graminées adventices les plus nuisibles en céréales à paille d’hiver. Ils affectent également les colzas et les cultures de printemps comme le maïs, la betterave, le tournesol… Une stratégie de désherbage durable, alliant l’agronomie et la chimie, avec alternance des modes d’action, est à privilégier pour limiter le développement de résistances aux herbicides.

Profil de l'adventice

Leviers agronomiques

L’introduction de cultures de printemps dans la rotation ne permet pas de diminuer la pression des ray-grass en cultures d’hiver. Mais la diversification des cultures offre la possibilité d’alterner les modes d’actions des matières actives utilisées. Pour abaisser le stock des semences de ray-grass, les techniques agronomiques doivent être privilégiées. Combiner faux-semis, décalage de la date de semis et labour tous les trois ans offre les meilleurs résultats. Le labour évite les germinations des graines de ray-grass en les enfouissant. Le faux-semis permet de stimuler puis de contrôler les germinations de l’adventice avant l’implantation de la culture. Avec une date de semis du blé décalée de trois semaines, ces germinations sont bouleversées. La diminution de la pression des ray-grass peut également être conduite avec un désherbage mécanique dans le rang, à l’automne ou en sortie d’hiver. En tournesol, par exemple, le binage constitue aussi une technique intéressante pour affaiblir les adventices. Enfin, la prophylaxie s’impose pour limiter la dissémination des adventices sur l’ensemble de l’exploitation. En moissonnant les parcelles les plus sales en dernier, en nettoyant la moissonneuse entre 2 parcelles et en récupérant les menues pailles, les risques sont réduits.

Conseils phytosanitaires

Face au développement des résistances des ray-grass aux herbicides, l’alternance et la diversification des modes d’actions au sein de la rotation et au sein de la culture s’imposent. L’herbicide ne crée pas la résistance. Il la révèle en sélectionnant les mauvaises herbes résistantes qui existent à l’état naturel. Le programme herbicide se raisonne en fonction de la nuisibilité des ray-grass à la parcelle. Sur céréales, le désherbage d’automne est à privilégier : il a pour intérêt d’utiliser des herbicides avec des modes d’actions alternatifs par rapport aux solutions de sortie d’hiver. Le traitement avec Fosburi® intervient dès le stade 1 feuille de la céréale, afin de viser la meilleure efficacité. Une association avec produit à activité anti-graminées type chlortoluron peut être conseillée en situation d’infestation importante.
Un rattrapage en sortie d’hiver est recommandé dans la grande majorité des cas. Bayer propose de nombreuses solutions : Atlantis® Pro, Absolu® Pro, Altesse® Pro, Archipel® Duo, Auzon® Duo, Olblak® Duo… Dans les cultures de maïs, par son action prolongée, la solution Monsoon® Active de Bayer assure un contrôle des levées échelonnées des ray-grass. Et ce, grâce à la combinaison de trois molécules : thiencarbazone-methyl, foramsulfuron et cyprosulfamide. La bonne dose au bon stade, pour quelle raison est-ce si important avec les herbicides ?
La bonne dose, c’est celle qui détruit 99,99 % de la population de mauvaises herbes. Elle est fonction des adventices et de leur stade. Le choix de la dose se fait en fonction du stade phénologique le plus développé et non pas du stade moyen. Voilà pourquoi dans certaines fiches produits, notamment pour les Fop, la dose d’utilisation varie en fonction du stade de l’adventice.

Outils et services

Bayer propose plusieurs outils pour reconnaître la flore adventice. Gratuits, ils sont utilisables sur mobile. Gram’ID permet de déterminer les graminées et de connaître leur nuisibilité, adventice par adventice ainsi que leur biologie pour mieux les contrôler. xarvio™ Scouting est une application mobile gratuite qui, à partir d’une photo prise avec un smartphone, permet d’identifier les risques et les nuisibles auxquels les parcelles sont confrontées.