Pyrale : intervenir sur les larves baladeuses

Si, après comptage des papillons de pyrales, la décision de traiter est prise, mieux vaut agir au bon moment.

Si, après comptage des papillons de pyrales, la décision de traiter est prise, mieux vaut agir au bon moment : la lutte n’est efficace que si elle intervient avant que les chenilles ne rentrent dans les tiges de maïs, un stade « baladeur » qui dure moins d’une semaine. Un traitement à base de deltaméthrine, contenue dans Decis Protech®, offre alors une bonne efficacité contre cet insecte.

Les larves de la pyrale passent l’hiver dans les débris de récolte du maïs précédent. Eviter les cultures successives de maïs, broyer finement les résidus de récolte et les enfouir rapidement avec un labour permettent donc de limiter les risques et de réduire les populations.

Reste ensuite, au printemps, à vérifier que le ravageur n’est pas présent et s’il l’est, dans quelle proportion. Vous pouvez alors dépister l’insecte au stade adulte, le papillon, grâce à des pièges lumineux ou à des pièges à phéromone sexuelle.

Conseil

Si un traitement avec un insecticide s’avère nécessaire, celui-ci doit être réalisé avant que les chenilles ne pénètrent dans les tiges. Or ce stade « baladeur » de la jeune chenille ne dure pas plus d’une semaine. Vous pouvez surveiller l’évolution des œufs en examinant le dessous des feuilles.

Pour lutter contre la pyrale du maïs, Decis Protech® (15 g/l de deltaméthrine) s’utilise à la dose de 0,83 l/ha.

La deltaméthrine, pyréthrinoïde de synthèse qui a fait ses preuves depuis de longues années, présente un large spectre d’activité sur les insectes nuisibles et une excellente persistance d’action. Cette substance active, efficace à faible dose, agit à la fois par contact et par ingestion : de quoi atteindre tous les insectes, qu’ils soient baladeurs ou piqueurs.