Mycosphaerella sur colza

La mycosphaerella se développe d’abord sur les feuilles, les tiges. Si les siliques sont touchées, les pertes potentielles peuvent s’élever à 5 q/ha. Parmi les leviers agronomiques, l’enfouissement des résidus de récolte et une rotation longue pour laisser 3 à 4 ans entre deux cultures de colza sont recommandés.

Profil de la maladie