Le désherbage du maïs en post-levée apporte de la précision et de la sécurité

Le désherbage du maïs en post-levée assure un passage de précision et de finition. Que ce soit en monoculture, en rotation des grandes cultures ou en élevage, ce positionnement des herbicides est de plus en plus pratiqué. Le point sur les avantages de la post-levée notamment dans un contexte de retrait de produits réservés à la pré-levée.

Avec la perte d’herbicides ciblant la pré-levée du maïs, ceux applicables en post-levée confirment en 2024 leur rôle clé. En effet, un passage au stade 6 feuilles contrôle les adventices jusqu’au stade recouvrement de l’inter-rang par la culture. Toutefois, selon les exploitations agricoles les attentes diffèrent.

À une étape clé du développement de la culture, la carte sécurité est surtout recherchée en monoculture du maïs.

En polyculture élevage, la post-levée répond au besoin de désherber à vue avec moins de passages !

En grandes cultures, la post-levée fait partie des leviers pour préserver le capital propreté des parcelles. De plus, à l’échelle de la rotation, ces herbicides contribuent à l’alternance des modes d’actions.

« Environ 60 % des hectares traités en maïs, reçoivent au moins une application herbicide de post-levée. Bien évidemment, cette répartition peut bouger en fonction des conditions météo de l’année. Dans tous les cas, la post-levée est majoritaire. »

Laure Pitrois
Cheffe Marché Maïs

La post-levée stricte avec moins de passages, c’est possible !

Pour les éleveurs, le désherbage en post-levée s'avère stratégique afin de préserver un bon niveau de rendement. Conséquence, ce positionnement explique son importance en termes d’hectares déployés. «Faute de temps et pour des raisons économiques, les éleveurs préfèrent intervenir « à vue » profitant de la souplesse permise en post-levée", explique Philippe Goujon, responsable technique cultures Bayer. "L’objectif est de reporter au maximum les applications. Ainsi, elles couvrent le plus longtemps possible la période de risque en début du cycle du maïs », complète-t-il.

  • Monsoon Active®/Mondine répond au besoin d’optimiser les travaux en culture. Lorsque le produit est positionné au stade 3-4 feuilles du maïs, grâce à sa persistance d’action, Il agit sur les levées échelonnées des graminées et des dicotylédones. Autre atout important en maïs fourrage : son efficacité sur les adventices toxiques telles que la datura.

En rotation céréalière, le maïs est un désherbant à lui tout seul !

Face aux problèmes de ray-grass résistants à des herbicides (ALS) rencontrés dans les parcelles de blé tendre d’hiver, les pratiques culturales se combinent. L’un des leviers du désherbage durable consiste à introduire une culture de printemps dans la rotation. Les essais menés sur les plateformes Cultures champ depuis 2018 révèlent les bénéfices agronomiques de cette pratique. Exemple, dans un maïs semé derrière un blé, en moyenne le taux d’infestation par le ray-grass est réduit de 52 % par rapport au témoin. En effet, pour le témoin, il s’agit d’un colza semé derrière un blé. Ainsi, 7 ray-grass se retrouvent dans le maïs contre 27 dans le colza.

  • De plus, le désherbage du maïs contre le ray-grass est finalisé avec des herbicides en post-levée. Ces derniers apportent un nouveau mode d’action chimique. En effet, le foramsulfuron contenu dans Monsoon Active/Mondine reste actif dans de nombreux cas de suspicion de résistance. «L’introduction d’un maïs dans la rotation ainsi que l’utilisation de Monsoon Active / Mondine pour la maitrise du ray-grass jouent un double rôle. D'abord ces pratiques culturales permettent l’abaissement du stock de semences. Ensuite, elles évitent l’installation de résistances aux substances actives », indique Philippe Goujon.

En monoculture de maïs, un désherbage ajusté en fonction de la flore difficile

En 2024, le nombre de solutions herbicides diminue pour une application en pré-levée du maïs. Aussi, ce positionnement ne suffit pas toujours en monoculture de maïs pour conserver la parcelle propre. Car pour sécuriser le rendement, une très faible pression d’adventices doit être maintenue jusqu’au recouvrement de la ligne. Alors, le programme en post-levée prend le relai de la pré-levée, sur la flore qui a réussi à se développer. Dans ce cas, comme en rotation céréalière, tout l’enjeu est de diversifier la stratégie de désherbage. Ainsi, l’alternance des modes d’action évite l’apparition de résistances.

« Grâce à sa souplesse de positionnement, et sa largeur de spectre, Monsoon Active / Mondine est le pilier de la stratégie en post-levée des maïsiculteurs», ajoute Philippe Goujon.

  • Sécuriser le rattrapage avec un herbicide polyvalent. Herbicide complet, Monsoon Active/Mondine agit sur un large spectre d’adventices : ray-grass, panics, sétaires et digitaires ainsi que sur les dicotylédones mercuriales, renouées, rumex et fumeterres.

Plus de souplesse d’intervention en post-levée

Autre avantage d’un programme en post-levée, les herbicides concernés sont moins sensibles aux conditions pédoclimatiques. En effet, le mode d’action des substances actives, à la fois racinaire et foliaire, autorise une application sur sol sec. A l'inverse, les produits racinaires de pré-levée nécessitent de l’humidité dans le sol pour diffuser. « Le désherbage en post-levée est un peu plus souple en termes de fenêtre météo et moins dépendant de la « composante sol », complète Philippe Goujon. Néanmoins, pour obtenir la meilleure efficacité, mieux vaut intervenir tôt le matin lorsque l’humidité relative est la plus élevée. Ainsi le produit pénètre bien dans la plante.

Les points clés de Monsoon Active/Mondine, pilier de la post-levée

  • Produit complet, avec un mode racinaire et foliaire.
  • Souplesse d’application
  • Moins de rattrapage 
  • Fabriqué en Allemagne