Le biocontrôle, pour accompagner les modes d'action conventionnels

La solution de biocontrôle Rhapsody® pour contrôler le botrytis de la vigne est disponible pour la campagne 2019. Son point fort : maintenir la performance de la protection anti-botrytis tout en réduisant l'utilisation des produits conventionnels. La gamme en biocontrôle vigne s’étoffe grâce à une recherche mobilisée et un savoir-faire dans la mise au point des formulations.

Un changement majeur en termes de stratégie de protection de la vigne : utiliser le biocontrôle en complément de la prophylaxie pour réduire l'emploi des produits conventionnels sans risque sur la protection anti-botrytis.Nous développons le biocontrôle en complément des solutions conventionnelles, pour offrir aux viticulteurs un éventail de solutions qui répondent aux exigences sociétales sans prendre de risque avec la production”, déclare Jean-Luc Dedieu, chef marché vigne Bayer.

« Le développement de l’offre en biocontrôle s’accompagne de services adaptés, afin d’aller encore plus loin dans la mise en œuvre d’une agriculture durable »

Bien accompagner les viticulteurs

D’ores et déjà, la solution de biocontrôle Rhapsody®, apporte aux viticulteur une autre réponse pour mieux protéger la vigne contre le botrytis. Préventive, elle s’applique au début de la période de risque d’apparition de la maladie. “Elle sera prochainement accompagnée d'un outil d'aide au positionnement, permettant une identification précoce des périodes de risque entre veraison et 3 jours après récolte avant l’expression visuelle des symptômes, explique Jean-Luc Dedieu. C’est aussi un engagement fort de Bayer pour les prochaines années : diminuer la complexité des décisions à prendre par le producteur en proposant une offre complète de services adaptés, afin d’aller encore plus loin dans la mise en œuvre d’une agriculture durable.”

Mobilisation de la recherche pour développer l’offre biocontrôle

Un autre fongicide de biocontrôle est en préparation pour la campagne 2019 – 2020, il ciblera l’oïdium. La performance de ces deux produits repose sur les principes actifs de deux bactéries : les sucres aminés de Bacillus pumilus, souche QST 2808, contre l’oïdium et les lipopeptides de Bacillus subtilis, souche QST 713, contre le botrytis. Le portefeuille de produit biocontrôle va s‘enrichir progressivement à moyen terme, même si le pas de temps de la recherche et la mise au point de ces solutions d’origine naturelle est plus long.

« Pour les micro-organismes composant les solutions biocontrôle, beaucoup de candidats sont testés en laboratoire et peu sont élus à l’issu des différentes étapes . »

Marie-Pascale Latorse
Responsable de laboratoire Biologie-Biodisponibilité et expert Bayer phytopathologiste

Un pas de temps incompressible pour respecter toutes les étapes

À titre d’exemple, dans le cas de Rhapsody® 8 à 9 années de recherche et développement incluant l’expérimentation ont été requises, pour une mise en marché. Cinq années de travail de recherche au laboratoire ont été nécessaires pour identifier plusieurs classes de composés naturellement produits par la souche QST 713 du Bacillus subtilis : les lipopeptides. Ils sont principalement responsables de l’efficacité de Rhapsody® contre un spectre large de champignons pathogènes des plantes. L’optimisation et la difficile maitrise à l’échelle industrielle des conditions de production de la précieuse souche dans des fermenteurs de plus de 30.000 litres ont réclamé la mise en œuvre d’un contrôle de pointe indispensable pour garantir un produit de qualité. Reste ensuite à relever le défi de la formulation commerciale liquide : qu’elle soit stable dans le bidon sans affecter la viabilité des spores pour une durée garantie de 2 ans lorsque stockée dans des conditions normales de température. Elle doit aussi assurer le meilleur confort d’utilisation lors de la préparation de la bouillie d'application.