Intervenir tôt en automne dans le cadre d’un programme et gérer les résistances

Une fois les différents leviers agronomiques mis en place, labour, rotation des cultures, faux-semis… le programme de traitement d’automne permet de gagner en efficacité et de contrôler au maximum les problématiques de résistances.

Prévenir précocement l’apparition des adventices

Lorsque la céréale lève, le ray-grass et le vulpin, graminées particulièrement nuisibles, commencent généralement aussi à lever. C’est pourquoi il est préférable de les contrôler dès l’automne pour éviter qu’elles ne concurrencent la culture au moment où se mettent en place les composantes du rendement. Ainsi, intervenir à l’automne dès le stade 1 feuille de la céréale permet de sécuriser le désherbage et de viser la meilleure efficacité.

Il existe une relation directe entre la période de désherbage choisie et le niveau de rendement. Un traitement d’automne permet de :

  • Limiter la concurrence sur la céréale dès l’automne
  • Diminuer la pression graminées avant le désherbage de sortie d’hiver 

« Dans les situations complexes, une fois l’agronomie mise en place, la règle d’or c’est une base programme avec 1 ou 2 traitements à l’automne selon la problématique, puis une sortie d’hiver le plus tôt possible quand les conditions climatiques le permettent sur adventices jeunes »

Magalie Devavry
Responsable technique herbicides céréales, insecticides & régulateurs

Avantage aux programmes automne-sortie d'hiver : ces programmes apportent les efficacités de désherbage les plus élevées

Le programme automne-sortie d'hiver, associé aux leviers agronomiques tels que faux semis + semis tardif, apporte 96,6% d'efficacité.

Bénéfices des programmes : 

  • Limiter la concurrence dès l'automne et préserver le potentiel de rendement
  • Diminuer la pression graminées avant le désherbage de sortie-d'hiver
  • Limiter la sélection de populations de mauvaises herbes résistantes 
  • Augmenter les chances de réaliser un désherbage "100%" efficace et donc de réduire la population d'adventices de la parcelle 

Alterner les modes d’actions et gérer les résistances grâce au désherbage d’automne

Les individus résistants sont présents de manière naturelle dans les parcelles, en très faibles fréquences. Ils sont sélectionnés par l’utilisation non-raisonnée des herbicides. L’herbicide ne crée pas la résistance ; il n’en est que le révélateur en sélectionnant les mauvaises herbes résistantes qui préexistent à l’état naturel.

La solution : alterner et diversifier les modes d’actions au sein de la rotation et au sein de la culture.
Il est important de traiter une même mauvaise herbe avec des modes d’actions différents dans la rotation afin de ne pas sélectionner les individus résistants. Le désherbage d’automne a pour intérêt d’utiliser des herbicides avec des modes d’actions alternatifs par rapport aux solutions de sortie d’hiver. Sur notre plateforme d’essais Herbinnov, nous testons chaque année différents programmes dans la rotation.

Le Mateno®, récemment homologué en désherbage d’automne, est composé de 3 matières actives : le DFF, le Flufenacet, (deux matières actives différentes de celles utilisées au Printemps) et l’aclonifène jusque là jamais utilisé sur blé tendre d’hiver. L’aclonifène agit par contact sur les jeunes organes aériens (et non par les racines). Il forme un film à la surface du sol que traversent les adventices dès leurs levées. Bien qu’un sol humide et des conditions douces favorisent l’absorption du produit, l’efficacité n’est pas liée à la nature du sol, ni à son humidité, mais à la qualité de la préparation du sol  et de la pulvérisation. Un sol bien préparé devra être lisse et non motteux.

De plus l'utilisation de l'aclonifène permet d'introduire dans la rotation un mode d'action différent des familles chimiques ALS ou ACCase appartenant aux groupes A et B de la classification HRAC largement utilisés sur céréales. Dans le cadre d’une gestion durable des matières actives et pour prévenir le risque de résistance, l’aclonifène est un réel atout !