Herbinnov Nord : l’agronomie confirme son intérêt, malgré une météo compliquée cet automne

Le faux-semis et le décalage de la date de semis montrent d’ores et déjà des résultats satisfaisants vis-à-vis d’un vulpin résistant, sur la plateforme Herbinnov Nord dans la Somme. Les conditions météo difficiles au moment des semis, fin octobre, ont conduit à une adaptation des protocoles de désherbage. Le désherbage mécanique est quant à lui reporté en février. L’itinéraire innovant, avec six variétés de blé couvrantes, est bien en place. Reste à évaluer son intérêt dans la gestion de son désherbage.

L’adaptation des pratiques de désherbage aux conditions climatiques a prévalu, cet automne, sur la plateforme Herbinnov Nord, localisée à Roye (80). L’expérimentation se scinde en deux blocs dans le cadre d’essais pluriannuels centrés sur l’impact des pratiques culturales dont la rotation pour gérer son désherbage : un bloc en blé et un deuxième en betterave, avec ou sans l’effet du labour effectué l’an passé.

Le faux-semis, le décalage de la date de semis sont renouvelés dans les essais blés afin de confirmer les bons résultats obtenus en 2019. Un désherbage mixte est aussi au programme. Ces essais sont complétés par des thématiques innovantes, avec une étude sur le pouvoir couvrant de six variétés de blé, des couverts végétaux à installer au printemps.

Semis décalés en raison des conditions météo

Les semis de blés suivent un maïs récolté en septembre dernier. Le premier semis a été réalisé le 11 octobre avec des températures douces, sur un sol ressuyé. La céréale a rapidement levé dans de bonnes conditions. Le second semis, prévu initialement dix jours plus tard a dû être décalé davantage, en raison des conditions climatiques très pluvieuses. Il a été effectué le 30 octobre sur une parcelle encore très humide.

Si l’année dernière le décalage de la date de semis a fait l’unanimité autant sur le développement du blé que sur la diminution de la population de vulpins, cette année, sa mise en œuvre est bien plus mitigée. Les résultats seront à suivre compte tenu des difficultés d'implantation.

« Les conditions d’implantation étaient particulièrement difficiles sur la deuxième date de semis ce qui a handicapé la levée du blé. Par contre, l’effet sur la population de vulpins est toujours aussi positif. Nous voyons clairement une moindre infestation sur la deuxième date de semis (nous passons de 150 à 60 vulpins au mètre carré dans la partie labourée en N-1, juste en décalant la date de semis) »

Sarah Fatmi
Ingénieur Conseil, Cultures et Environnement

Labour et non labour : effets sur la qualité de la levée du blé et sur le désherbage

La partie de la parcelle labourée montre une levée des blés plus hétérogène. En effet, si l’effet du labour réalisé en 2018 est très positif sur la population d’adventices, il l’est moins sur la qualité d’implantation. Dans la partie non labourée, le sol était plus facile à travailler et le grain a pu être correctement enterré et recouvert, ce qui a été beaucoup plus compliqué dans la partie labourée où le sol était bien plus humide. Les semis ont dû être effectués à 3 cm.

Pour Nicolas Remy, animateur commercial Bayer, la clé de décision pour labourer ou non une parcelle infestée doit rester le désherbage. « Dans le cas de l’expérimentation, une présence de 1000 vulpins par mètre carré peut être plus dommageable au regard du rendement qu’un semis hétérogène. Il faudra néanmoins voire comment évolue la parcelle pour conclure. »

« Début janvier, nous observons très peu de vulpins dans les témoins de la parcelle labourée en 2018. Ce levier reste très efficace »

Nicolas Remy
Animateur commercial

Faux-semis efficace

Le deuxième semis décalé a permis de réaliser un faux semis. Il a été effectué le 24 octobre avec le semoir à vide, les relevées de vulpins ont ensuite été détruites chimiquement. Cette technique agronomique montre une bonne efficacité sur les vulpins qui lèvent principalement sur les mois de septembre et octobre.

Les résultats de cette année devraient confirmer les conclusions de 2019. La technique du faux semis a bien fonctionné cet automne grâce à la pluviométrie élevée et des températures douces qui favorisent les levées de vulpin.

À noter

En 2019, le décalage de la date de semis et le faux-semis sur le bloc labouré avec la même base chimique ont permis de préserver le potentiel de rendement de la culture et de gagner 37 q/ha.

Itinéraire de désherbage ajusté

Les fortes précipitations ont favorisé une levée rapide du blé sur le premier semis. L’équipe en charge de la plateforme a dû repenser son programme. Le passage en pré-levée a été abandonné pour éviter d’appliquer des produits au stade pointant et risquer des problèmes de phytotoxicité. Des marquages ont toutefois été observés en novembre sur les blés semés en décalé (qualité de semis moindre et fortes précipitations après semis). Cette légère phytotoxicité s’est aujourd’hui bien atténuée et cela ne devrait pas avoir d’impact sur le rendement final. Un traitement en sortie d’hiver avec Atlantis® Pro complètera cette stratégie de désherbage.

Désherbage mécanique programmé en sortie d’hiver

Les conditions de mise en œuvre du désherbage mécanique au moment des semis n’ont pas permis d’intervenir en automne. Le passage de la herse étrille est reporté dès que possible en sortie d’hiver. Le blé a été semé avec une densité augmentée de 15 % afin d’anticiper les éventuelles pertes de pieds suite au passage d’outil. Un passage de houe rotative est aussi prévu au printemps. Les stratégies mixtes seront aussi travaillées sur betterave en associant binage et désherbage conventionnel.

Thématiques innovantes : six variétés de blé couvrant à l’épreuve

Essai pouvoir couvrant

Début janvier, s’il est encore trop tôt pour évaluer le pouvoir couvrant de six variétés de blés, leur installation se révèle une réussite. Une partie de l’essai sera désherbée chimiquement. La comparaison des niveaux d’infestation est un bon indicateur de leur effet sur le développement du vulpin.

Les variétés couvrantes choisies :

  • Chevignon
  • Renan
  • Filon
  • Rubisco
  • Royal
  • Cecilius

Essai désherbage et couverts végétaux

L’essai qui doit permettre d’évaluer le comportement de couverts végétaux lorsqu’ils reçoivent un programme de désherbage, dans le cadre d’un semis de blé sous couvert, sera installé fin mars. Les bénéfices d’une couverture permanente vont également être estimés, à la fois pour gérer le salissement de la parcelle, mais aussi pour lutter contre l’érosion et le ruissellement.