Diversifier les leviers de désherbage, le bon calcul

Quelle que soit la méthode choisie, chaque chantier de désherbage a un coût… mais il contribue aussi au rendement et donc à la marge dégagée. Les essais menés dans le cadre d’Herbinnov ont clairement établi l’intérêt, sur le plan économique, d’associer les leviers chimiques et agronomiques.

Herbinnov 2018 – Plateforme de Coutevroult (77) – Point sur la stratégie de désherbage menée sur les parcelles semées en blé.

La composante économique a fait partie intégrante de notre raisonnement sur la plateforme Herbinnov. Chaque chantier d’un itinéraire, génère des charges. Une donnée à prendre en compte. Gare toutefois aux idées reçues.

« Les traitements chimiques sont souvent considérés comme plus coûteux que de sortir la charrue, par exemple. Pourtant, un traitement de prélevée revient à 30 € de l’hectare quand un chantier de labour tourne autour des 100 € de l’hectare. »

Guillaume Chancrin
Responsable Technique Herbicides Céréales chez Bayer

Chaque chantier a un impact sur la marge brute

L’idée reçue à rectifier prioritairement est de ne voir que la charge que représente le désherbage, qu’il soit chimique ou mécanique. L’association des leviers contribue à un rendement plus élevé. Les essais d’Herbinnov le confirment.

Évolution du rendement et du différentiel de marge brute selon les modalités de  travail du sol et de traitement (Blé 2018 à 170€/T)

En renonçant à un programme chimique d’automne au profit d’actions purement agronomiques (labours, faux semis), la marge brute du dernier blé sur une rotation de cinq ans ne dépasse pas 251 €/ha. Le choix inverse, en privilégiant les traitements d’automne sur semis simplifié, aboutit à une marge brute de 308 €/ha. En cumulant « traitements d’automne », « labours », « semis décalés » et « faux semis », la marge brute dépasse les 500 €/ha.

Agronomie et chimie combinées rapportent plus qu’elles ne coûtent

Le raisonnement s’applique de la même manière à l’échelle de la rotation. Les frais imputables aux désherbages chimiques et agronomiques sur blé (2015), colza (2016) puis blé (2017) d’une même parcelle Herbinnov, ont été cumulés. Plusieurs modalités ont été testées et les marges calculées, en intégrant ces frais.

Résultats économiques à l'échelle de la rotation

Sur trois ans, la marge totale s’établit à 1922 €/ha dans le cas de semis simplifiés combinés à une action chimique peu diversifiée. La mise en place d’un programme d’automne supplémentaire élève cette marge à 3359 €. Le recours uniquement à des actions agronomiques (labour, faux-semis, semis décalé) permet d’atteindre une marge comparable, de 3559 €. En mobilisant ces deux leviers, la marge atteint 3733 €. Ainsi, malgré des charges de désherbage plus élevées, la combinaison des deux leviers ont permis une plus-value globale de 1811 € sur trois ans.

À retenir

604 € à l’hectare : plus-value moyenne gagnée à l’année sur une rotation sur trois ans blé / colza / blé au bout de la troisième année, en cumulant les leviers de désherbages chimiques et agronomiques. Soit 1811 € sur trois ans, malgré des charges de désherbage (782€) logiquement plus importantes par rapport au « témoin » (semis simplifiés, action chimique peu diversifiée) (534€).