Désherbage maïs : les clés de la rentabilité

Désherber tôt sur maïs pour contrôler efficacement les graminées et les dicotylédones, apporte des bénéfices économiques et logistiques supplémentaires par rapport aux stratégies herbicides plus tardives.
Solution herbicide extra concentrée de pré-levée du maïs et de post-levée précoce, sur graminées, dicotylédones classiques et difficiles, Adengo® Xtra améliore la rentabilité de la culture et permet de gagner du temps. Ces atouts se traduisent sur le terrain par moins de rattrapages, moins de manipulation des bidons et donc moins de temps d’exposition.

Sans herbicide : c’est 43% de rendement en moins


En désherbage du maïs, la stratégie du « sans herbicide » affecte directement le rendement. De 2013 à 2017, douze essais ont été conduits en Normandie, Bretagne, Aquitaine, Alsace et Bourgogne Franche-Comté par les équipes techniques de Bayer. Les résultats sont très clairs sur cette culture : 43% de rendement en moins sont enregistrés en moyenne dans les parcelles témoins n’ayant reçu aucun herbicide.

Un désherbage précoce du maïs accroît le rendement

Le gain de rendement est alors de 75% par rapport au témoin non désherbé.

Ces essais comparaient aussi des scénarios de traitements optimisés sur maïs : pré-levée / post-levée précoce / post-levée seule précoce et tardive / double post-levée. Le programme en pré-levée complété par un rattrapage en post-levée détient le meilleur score d’efficacité.

En comparaison avec cet itinéraire technique, les stratégies de désherbage prévues après le semis baissent en performance à mesure que la culture se développe : de 3,8% de perte d’efficacité au stade 2 à 3 feuilles du maïs jusqu’à 20% de perte si l’application intervient tardivement autour du stade 8 feuilles. Seule la double post-levée révèle une efficacité équivalente.

Le désherbage est toujours un investissement rentable

Converties en gains économiques, ces stratégies de désherbage conduisent aux mêmes tendances. Dans ces essais, le programme avec une application en pré-levée, associée à une seconde en rattrapage en post-levée précoce, apporte 1740 euros/ha de produit brut pour un niveau d’infestation faible et 1640 euros/ha en cas de forte pression adventices.
La stratégie « double passage en post-levée » fait reculer ce résultat respectivement, pour chaque cas, de 10 euros/ha et de 35 euros/ha. La rentabilité décroît à mesure que le traitement est appliqué tardivement. À partir du stade 8 feuilles, l’écart se creuse. Le produit brut a perdu 85 euros pour s’établir à 1655 euros/ha pour l’item « faible pression adventices » et à 1300 pour celui avec une « forte infestation ».
Néanmoins, le produit brut du témoin non désherbé chute de 960 €/ha en cas de forte pression.

Le désherbage est dans tous les cas de figures, un investissement plus que rentable.

Limiter les rattrapages : choisir la solution au spectre le plus large dès le 1er traitement

Si le gain de rendement est l’objectif numéro 1, la rentabilité de la culture de maïs se mesure aussi au nombre de passages effectués, au temps passé. En raison de son large spectre d’action, Adengo® Xtra positionné en pré-levée du maïs jusqu’en post-levée précoce, sur jeunes adventices, limite les rattrapages. Il est notamment efficace sur ambroisie, datura, laiteron, mercuriale, renouées, véroniques... ainsi que sur les graminées estivales.
Les enquêtes effectuées auprès d’un panel de 64 agriculteurs démontrent un niveau d’efficacité d’Adengo® Xtra supérieur ou égal à leur programme de référence et permettant deux fois moins de rattrapage.

Gain de temps, sécurité et logistique optimisée

Moins de traitement signifie aussi moins de temps d’exposition pour l’applicateur, moins de manipulation du produit et de son emballage. Ainsi, avec Adengo® Xtra, conditionné en bidon de trois litres, il faut 5 à 10 fois moins de bidons qu’un programme classique. Toute la chaîne logistique se retrouve impactée : moins de volumes stockés, moins de déchets d’emballages vides à évacuer auprès de la filière de recyclage.