Désherbage d’automne et préservation de l’eau, quelles pratiques mettre en œuvre ?

Le désherbage durable d’automne se raisonne dans le cadre d’une approche globale, associant l’agronomie aux programmes herbicides. Cette approche a pour objectif d’obtenir, dès l’automne, une efficacité optimale, de gérer les résistances et de garantir la rentabilité de sa culture. Au-delà de ces objectifs, le désherbage doit prendre en compte les enjeux liés à la préservation de l’eau en limitant, notamment, tout risque de transfert des molécules vers les milieux aquatiques.

Pour un désherbage durable, les leviers agronomiques se mettent en place tout au long du cycle de la culture. Ils sont adaptés au territoire et s’appliquent à différents niveaux :

Il existe un ensemble de pratiques préservant les cours d’eau des pollutions diffuses par ruissellement ou par drainage.

    « Prendre en compte les pratiques agronomiques pour préserver la qualité de l’eau ne rajoute pas des travaux en plus, puisqu’elles font parties des actions recommandées en désherbage d’automne. Il est cependant important d’avoir en mémoire leurs bénéfices environnementaux pour évaluer, au niveau de la parcelle ou de l’exploitation, l’ensemble des leviers à actionner afin de limiter les transferts de molécules vers le milieu aquatique. »

    À NOTER

    La sensibilité d’une parcelle au ruissellement est à définir dans son contexte de territoire. Les causes du ruissellement sont diverses. Elles varient en fonction du type de sol, de la pluviométrie et du couvert végétal. La pente, la couverture du sol et le type de sol sont des facteurs aggravants.

    La bonne gestion du travail du sol préserve la qualité de l’eau

    La gestion du travail du sol doit favoriser l’infiltration de l’eau dans la parcelle et prévenir le ruissellement à la source.

    Les techniques culturales sans-labour

    La réduction du travail du sol permet de retenir l’eau dans la parcelle et de prévenir le ruissellement à la source. Les TCSL favorisent :

    • les résidus en surface (mulch) qui couvrent le sol,
    • la concentration de la matière organique dans les premiers centimètres de sol retardant ainsi la formation de la croûte de battance,
    • l’activité biologique du sol et donc la circulation de l’eau,
    • la stabilité du sol favorisant sa résistance à l’arrachement.

    L’écroutage

    Lorsque les pluies hivernales ont généré la formation d’une croûte de battance sur la parcelle, il est possible de redonner de la porosité au sol en brisant cette croûte en sortie d’hiver à l’aide d’une houe rotative.

    Les règles à respecter pour ne pas endommager la culture lors de l’écroûtage sont les suivantes :

    • passer en bonnes conditions de ressuyage du sol,
    • avoir un tracteur équipé de pneus basse pression (ou pneus classiques sous gonflés),
    • intervenir à un stade peu avancé de la culture (avant décollement de l’épi),
    • bien positionner l’écroûtage en fonction des produits utilisés pour le désherbage.

    L’effacement des traces de roues de tracteur :

    Les passages de roues peuvent représenter près du quart de la surface semée. Souvent empruntés et compactés, ils sont des chemins préférentiels pour les eaux de ruissellement voire pour l’érosion. L’utilisation des effaceurs de traces de roues va permettre de réduire la circulation de l’eau et améliorer son infiltration. Cela évite ainsi la concentration du ruissellement et l’érosion.

    Prévenir le ruissellement grâce à l'effacement des traces de roues de tracteur

    De même, les passages de herses étrilles à 2 cm, programmés pour enlever les vulpins ou ray-grass tout justes germés (stade filament), alors que le blé commence à peine sa germination, évitent la stagnation de l’eau en surface.

    Les pratiques culturales améliorent la stabilité structurale du sol et contribuent ainsi à un désherbage durable

    • Rotation : l’optimisation de la rotation des cultures avec l’introduction d’une culture de printemps est conseillée pour casser le cycle biologique des adventices. Les cultures telles que les céréales à paille, le colza, le maïs grain, les cultures intermédiaires laissent plus de résidus au sol après récolte. Cet apport de matière organique améliore la porosité du profil de sol. L’eau circule mieux entre les agrégats d’argile et d’humus (complexe argilo-humique). À l’échelle du bassin versant, cette diversité des cultures va également réduire le risque de ruissellement durant les périodes à risque.
    • Résidus de culture : l’augmentation du taux de matière organique du sol s’effectue grâce aux résidus des cultures et aux amendements organiques. La matière organique exerce un effet bénéfique sur la stabilité structurale du sol et augmente sa capacité de rétention en eau.
    • Sens du travail du sol : le travail du sol suivant les courbes de niveau permet d’éviter le ruissellement dans le sens de la pente. Des études ont mis en évidence une réduction de 10 à 50% des taux d’érosion par rapport au labour dans le sens de la pente.
    • Semis à double densité dans les talwegs : Les talwegs installés dans les creux de parcelles forment une barrière physique. La réalisation d’un semis à double densité dans le talweg renforce le rôle de filtre. Les plantes servent alors de zones tampons.
    • Les cultures intermédiaires : permettent par le travail du sol de casser la croute de battance et de redonner une meilleure capacité d’infiltration à la parcelle. Tout en limitant les pertes de nutriments, le couvert végétal permet de protéger le sol de l’impact de la pluie. Ce dispositif augmente l’infiltration et la résistance du sol à l’arrachement grâce au système racinaire. Le ruissellement et l’érosion s’en trouvent très fortement réduits.

    Les aménagements paysagers à la parcelle et sur l’exploitation limitent les transferts d’eau

    Bande enherbée, aménagement de fossés, enherbement des talwegs, talus, implantation de haies : tous ces dispositifs permanents forment une barrière de rétention au ruissellement donc aux sédiments. Ils limitent les transferts d’eau lors des fortes pluies.

    Les zones tampons

    • Les zones d’accès aux parcelles : l’entrée de la parcelle est une voie d’écoulement potentielle de l’eau hors de la parcelle ou un point où le ruissellement concentré peut commencer à se former. Elles doivent être bien gérées pour éviter le compactage du sol avec par exemple un enherbement ou un changement de localisation vers le point haut de la parcelle.
    • La bande enherbée : la bande enherbée permet de lutter contre l’érosion, de favoriser le dépôt des particules contenues dans le ruissellement et de favoriser l’infiltration des ruissellements venant de l’amont. Elle assure ce rôle dans les fonds de vallon, les versants pentus et en bordure de cours d’eau. Dans ce dernier cas, elle est aussi un moyen efficace pour réduire les risques de transfert via la dérive de pulvérisation.
    • Le fond de vallon ou talweg : le fond de vallon étant la zone naturelle de collecte et de passage du ruissellement, est la zone la plus sensible à l’érosion linéaire. L’enherbement du talweg est donc une solution efficace pour protéger le sol contre l’arrachement liée au ruissellement. Dans le cas de faibles ruissellements de petits fonds de vallon, retasser la terre spécifiquement dans la zone de passage d’eau permet d’accroître la résistance du sol à l’arrachement. Un passage avec le tracteur outils relevés, après le semis, dans la zone de passage de l’eau, suffit pour réaliser une bande tassée.
    Pertes de terre divisées par 6 grâce à la bande tassée
    Source : Section des rigoles d'érosion (INRA 1992)

    La haie : elle constitue un obstacle perméable au ruissellement ce qui le ralentit et favorise ainsi l’infiltration de l’eau et le dépôt de la terre. Une haie peut piéger jusqu’à 70% des particules et atteindre des vitesses d’infiltration de plus de 200 mm/h. C’est aussi une source de biodiversité, une protection contre le vent, le soleil, le froid, un élément du paysage mais aussi une barrière à la dérive de pulvérisation.

    Les structures de rétention

    • Les fascines freinent le ruissellement érosif et provoquent la sédimentation de la terre. Elles sont construites en disposant des fagots de branches entre des rondins perpendiculairement à la pente.
    • La mare tampon : une mare tampon a pour rôle de réguler les débits de ruissellement et de réduire les surfaces inondées. L’eau peut provenir des parcelles cultivées en amont, de la voirie, des toits des bâtiments ou de la cour de ferme. Avant toute réalisation, il est nécessaire de se renseigner auprès autorités locales.
    • La zone tampon humide artificielle (ZTHA) : ce dispositif est implanté pour gérer les eaux de drainage agricoles. Une interface est recréée entre des parcelles agricoles et un cours d’eau. L’arrivée des eaux de drainage dans le cours d’eau est ralentie. L’épuration par sédimentation et/ou la dégradation des molécules phytosanitaires et des fertilisants sont facilitées.

    Quelques dispositifs d'aménagements paysagers, en images :

    • désherbage automne
    • aménagement d'une fascine pour limiter les transferts d'eau lors du désherbage d'automne
    • désherbage automne
    • aménagement d'une fascine pour limiter les transferts d'eau lors du désherbage d'automne

    Sources des infographies : Livret Ruissellement/Erosion – Topps Prowadis (2014) & Fiches sur l’érosion et les cultures d’essai – AREAS (2008)

    L’outil météo agricole vous propose diverses fonctionnalités :
    • Historique des données
    • Prévision sur 7 jours
    • La météo de 5 communes
    • Risque de rosée
    • Durée d’ensoleillement
    • Plages de traitement