Désherbage chimique et mécanique : un duo gagnant

Les pratiques de désherbage du maïs sont progressivement modifiées pour répondre notamment aux nouvelles exigences réglementaires, sociétales et environnementales. Les évolutions se font en testant des solutions complémentaires qui font leurs preuves campagne après campagne, à commencer par certaines techniques agronomiques comme le désherbage mécanique de l’inter-rang combiné à un désherbage chimique sur la ligne de semis.

Comment raisonner au mieux les doses d’herbicides utilisées sur les parcelles de maïs tout en préservant l’efficacité du traitement et la rentabilité ? 

Une question que se pose bon nombre d’agriculteurs confrontés à de nouveaux enjeux en matière de désherbage. Le panel de molécules disponibles sur le marché se réduit, la flore se diversifie, les résistances se multiplient... le tout dans un contexte réglementaire changeant, où attentes sociétales et exigences environnementales grandissent. Les essais le prouvent.

Des solutions existent pour diminuer les quantités d’herbicides appliquées sur maïs. Parmi elles, le recours à des outils de travail du sol sur l’inter-rang :

  • herse étrille
  • houe rotative
  • binage etc.

Un travail du sol plus ou moins profond, avec dents ou socs, pour un objectif identique : détruire les adventices à des stades jeunes.

Moins, c’est mieux

Bayer a participé à des essais combinant un désherbage sur la ligne de semis et un binage sur l’inter-rang. L’écartement entre deux rangs de maïs, de 75 à 80 cm, permet le recours à ces pratiques.

« Au moment du semis, l’agriculteur applique également un herbicide, à action racinaire, uniquement sur la ligne de semis, sur 25 à 30 cm de large. Le reste du rang est ensuite désherbé mécaniquement, avec un outil de travail du sol, une fois que les adventices sont levées. Cette stratégie permet de diviser par trois la quantité de produits phytosanitaires appliquée à l’hectare. »

Guillaume Ferrer
Chef marché Maïs

En pratique, l’agriculteur installe une petite cuve par exemple à l’avant du tracteur et une buse au-dessus de chaque élément semeur. Quant aux outils pour travailler l’inter-rang, différentes possibilités : herse étrille, houe rotative ou bineuse. Des matériels robustes, peu coûteux en entretien, qui permettent en plus de casser la croute et d’aérer le sol. Dans ces essais, la spécialité appliquée au moment du semis estAdengo® Xtra, un herbicide de post-semis pré-levée (1), à large spectre, parfaitement adapté à ce type de pratique.


(1) Composition Adengo® Xtra : Thiencarbazone-methyl 90 g/l, isoxaflutole 225 g/l, cyprosulfamide 150 g/l

Trois mécaniques de binage à l’essai : retours et résultats

Visez juste

En matière de désherbage mécanique, l’objectif est de viser juste : passer au bon stade des adventices pour une meilleure efficacité. La portance du sol doit donc être optimale sans compter que pour détruire les mauvaises herbes et éviter qu’elles ne se repiquent, l’idéal est qu’aucune pluie ne tombe les jours suivant l’intervention et que les conditions soient séchantes. Une contrainte qui peut vite limiter un agriculteur qui souhaiterait mettre en place cette technique sur une grande surface de maïs.

D’autres options sont possibles comme semer le maïs sous couvert d’une autre culture pour limiter la pression adventice.
Les contraintes d’aujourd’hui révèleront les solutions de demain. À chaque agriculteur de trouver celle qui s’adaptera le mieux à son exploitation, à la main-d’œuvre et au matériel disponible.