Des kits de détection de l’oïdium pour une protection toujours plus précise

L’oïdium est présent dans les vignes bien avant l’apparition des symptômes. Encore faut-il avoir les bons outils pour le détecter, et anticiper avec précision le risque, et la stratégie fongicide la plus adaptée. C’est précisément l’objectif des kits de diagnostic oïdium, nouveauté proposée par Bayer.

L’idée n’est pas seulement de mieux positionner les produits, mais aussi d’en réduire l’utilisation au strict nécessaire.



Un dispositif qui permet de détecter la présence d’oïdium, de la quantifier et d’évaluer le risque, deux à quatre semaines, selon la météo, avant les premiers symptômes dans les parcelles !

C’est le service inédit proposé par Bayer, pour orienter la stratégie de protection fongicide des vignobles avec une haute précision. « L’idée n’est pas seulement de mieux positionner les produits, mais aussi d’en réduire l’utilisation au strict nécessaire », précise Hervé Steva. Consultant expert, ce scientifique indépendant a été chargé du projet par Bayer.

Des préconisations précises en fonction de la détection

Le principe est simple : un kit de prélèvement est expédié au vigneron ou à son conseiller, qui réalisent eux-mêmes les échantillons de feuilles. Ceux-ci sont ensuite envoyés au laboratoire Coniphy, localisé au nord de Lyon. En moins de 48 heures, une analyse est réalisée : si la feuille présente ne serait-ce que deux spores par centimètre carré, un test de qPCR (1) permet d’identifier la présence d’ADN d’oïdium dans l’échantillon. En fonction de la quantité détectée, des préconisations précises sont expédiées au vigneron, par mail.

 
(1) qPCR : quantitative polymerase chain reaction, en français « réaction en chaîne par polymérase »

Le viticulteur prévenu en 48 h chrono

« Une plateforme web est en cours de construction, pour plus d’ergonomie. Chaque expéditeur pourra y consulter les résultats de ses analyses. »
Pour 2018, près de 100 kits ont été distribués, permettant de réaliser trois vagues de prélèvement chacun. Impliqué dès le lancement du projet, le laboratoire Coniphy a conçu et validé la fiabilité des kits, mais aussi mis en place un fonctionnement précis pour assurer les analyses dans les temps.
« L’ensemble des échantillons arrivent dans la même période, ce qui demande beaucoup de rigueur et d’organisation pour répondre à tous dans les 48 heures », témoigne Sébastien Vacher, directeur de la structure.

Jusqu’à 50 % de baisse de l’IFT

IFT = Indice de Fréquence de Traitement
Après plus de quatre ans de travail et de préparatif, les kits sont pleinement fonctionnels. Les résultats sont là : dans 90 % des cas, les détections, ou pas, sont corrélées avec la présence ou l’absence de maladie sur feuilles puis sur grappes. Elles permettent de mieux positionner les traitements.

« La baisse d’IFT a pu atteindre la barre des 50 %, en ne réalisant aucun traitement jusqu’à la fleuraison, dans certaines situations et avec un contrôle parfait de la maladie », détaille Hervé Steva.

Comment se procurer le kit diagnostic oïdium ?

Nos conseillers sont à votre disposition via notre plateforme Bayer Service Infos, par téléphone, mail ou tchat.