Contrôle des mycotoxines : gain d'efficacité et de rendement assurés grâce à l'expertise

Chaque année Bayer observe l'évolution de la fusariose dans plus de 200 parcelles témoins et traitées. Le climat joue chaque année un rôle majeur et si 2014 et 2015 ont été moins marquées que les années 2012 et 2013 par le développement de cette maladie de l'épi, les solutions fongicides Prosaro ® et Kestrel ® ont démontré toute leur performance.

Lors des années à forte pression parasitaire, les essais conduits chez des agriculteurs dans le cadre de la cartographie réalisée par les ingénieurs de Bayer depuis 1997 ont permis de comparer différents programmes de protection. Ils identifient aussi les bénéfices en rendement et les progrès en termes de sécurité sanitaire.

En 2012, les prélèvements concernant les témoins non traités montrent que 40% des grains ont été contaminés à l’épiaison par la fusariose, plaçant la campagne au même niveau que 2007 et 2008, années références marquées par les plus hauts taux de contamination.

Huit points supplémentaires

Face à cette pression en fusariose, les parcelles d’essais traitées avec Prosaro® et Kestrel® témoignent des progrès importants par rapport aux programmes standards des agriculteurs.

En moyenne, 4 quintaux supplémentaires ont été obtenus.

Ces parcelles ont aussi révélé un taux de réduction en mycotoxines DON de 64% alors que ce taux analysé dans les parcelles traitées avec un fongicide standard est seulement de 56%, soit une performance améliorée de 8 points en faveur des solutions Bayer.