Charançon du bourgeon terminal : sa seule présence représente un risque

  

Stade de sensibilité du colza : de fin septembre à mi-novembre.
Nuisibilité : très forte sur colza peu développé au moment de l’arrivée des charançons.

Aucun seuil de nuisibilité n’a été mis en place pour lutter contre le charançon du bourgeon terminal. Sa nuisibilité, potentiellement conséquente, conduit à intervenir 8-10 jours après toutes premières captures dans les cuvettes jaunes.

Pour lutter contre le charançon du bourgeon terminal, mieux vaut intervenir sur l’adulte avant qu’il ne ponde, car ce sont les larves qui sont nuisibles.L’adulte étant difficilement observable sur les plantes, le piégeage est fortement conseillé. Et pour capturer ce coléoptère, les cuvettes jaunes doivent être enterrées dès les semis, puis remontées et positionnées à hauteur de végétation au fur et à mesure que le colza se développe.

  • La solution Protéus®, appliquée à 0.625 l/ha, permet de contrôler les charançons du bourgeon terminal dès la première application. Utilisez Protéus en présence de pucerons, et Decis® Protech ou Decis® Expert en cas d'absence. La présence de pucerons est un élément déterminant pour un traitement protéus.
    Protéus est par ailleurs efficace sur Myzus et puceron cendré.

  • Un traitement à base de deltaméthrine, contenue dans Decis Protech®, ou Decis®Expert offre une très bonne efficacité contre ce coléoptère. Decis Protech  (15 g/l de deltaméthrine) s’utilise à la dose de 0,33 l/ha.

    La deltaméthrine, pyréthrinoïde de synthèse qui a fait ses preuves depuis de longues années, présente un large spectre d’activité sur les insectes nuisibles et une excellente persistance d’action. Cette substance active, efficace à faible dose, agit à la fois par contact et par ingestion : de quoi atteindre tous les insectes, qu’ils soient baladeurs ou piqueurs. La deltaméthrine peut être appliquée au stade floraison.

Sur ce sujet, vous pouvez également consulter :