Cercosporiose : rapide et très nuisible

La cercosporiose, Cercospora beticola, est une maladie foliaire susceptible d'engendrer des pertes de rendement racine pouvant atteindre 30%, avec une baisse de richesse de 1 à 2 points.

Définition

La cercosporiose, Cercospora beticola, est une maladie foliaire susceptible d’engendrer des pertes de rendement racine pouvant atteindre 30%, avec une baisse de richesse de 1 à 2 points. Les symptômes apparaissent au sein d’un foyer et, en cas de forte attaque, gagnent rapidement l’ensemble de la parcelle de betterave.

Description

Sur les feuilles, la cercosporiose laisse, à partir de mi-juin, de petites taches de 4 à 5 mm de diamètre : ces taches sont grises avec une bordure rouge ou brune. En regardant sous les feuilles, on peut voir, au centre des taches, de petits points noirs correspondant aux fructifications.

Le dessèchement des feuilles est ensuite observable lorsque ces taches se multiplient. Suite à la disparition de son feuillage, la plante réagit en formant de nombreuses repousses et le collet s’allonge.

Les premiers symptômes apparaissent au niveau de quelques plantes qui forment un foyer. La maladie s’étend ensuite à l’ensemble de la parcelle.

Nuisibilité

La disparition du feuillage et la formation de nombreuses repousses provoquent d’importantes pertes en poids et en sucre. Si les attaques sont précoces ou en zone irriguée, on considère que la maladie peut engendrer des baisses de 30% du poids racine et de 1 à 2 points de richesse.

Cycle

Les conidies sont disséminées par l’irrigation, la pluie et les éclaboussures vers d’autres plantes

Par temps chaud et humide, des spores germent à la surface des feuilles. Ces spores développent des filaments mycéliens qui pénètrent par les stomates des feuilles : de premières taches de nécrose apparaissent alors rapidement. Des conidies sont ensuite produites puis disséminées par l’irrigation, la pluie et les éclaboussures vers d’autres plantes.

Les spores de la cercosporiose peuvent se conserver sur les graines et sur les déchets de la culture : elles peuvent garder leur vitalité pendant plusieurs années. Le risque de maladie est donc augmenté dans les parcelles où l’on cultive trop souvent la betterave.

La germination des conidies exige une humidité supérieure à 80%. Le développement du champignon demande quant à lui des températures élevées, aux alentours de 25-30°C.

La durée d’un cycle est de l’ordre de 15 jours en conditions moyennes pendant la période juillet-septembre.