Botrytis, adapter la protection à la parcelle

Dans chaque vignoble, la stratégie de protection phytosanitaire doit être raisonnée à la parcelle en fonction de l’historique botrytis et des objectifs de production. Elle vient en complément des mesures préventives et de la prophylaxie.

Objectif

La stratégie de protection doit être adaptée à la sensibilité de la parcelle, au climat, à l’objectif de production en termes de quantité et de qualité, et bien sûr du niveau de risque de développement du botrytis.

En fonction de ces critères, le viticulteur adapte sa prophylaxie, le stade d’intervention et le type de produits.

Exemple de stratégie de protection pour des parcelles sensibles ou à forte valeur ajoutée

Pour les cas les plus à risque, la stratégie repose sur la prévention, alliant la prophylaxie à une protection chimique, et en un programme d’intervention ayant prouvé son efficacité. Ce programme peut inclure des solutions de biocontrôle.

Stratégie préventive précoce

  • Prophylaxie (enherbement maîtrisé + effeuillage précoce…) = préalable indispensable
  • Protection chimique : 1 à 2 traitements « précoces » (stades A à B) avec des produits conventionnels, en privilégiant les plus performants

Puis, la suite du programme est à raisonner en fonction du risque climatique, notamment lors de la période de développement explosif du botrytis :

  • Avec une solution conventionnelle : de la véraison (stade C) au DAR (Délai d’emploi Avant la Récolte) du produit Respecter les DAR, doses homologués, nombre d’applications/ha/an, afin que les teneurs maximales en résidus dans les raisins ne dépassent pas les LMR(Limite Maximale de Résidus) autorisées.
  • Avec une solution de biocontrôle : de la véraison (stade C) à la veille de la récolte (si DAR de 1 jour) 1 à 3 applications en fonction du risque botrytis > Le produit de biocontrôle Serenade® Max est exempt de LMR et peut être utilisé jusqu’à la veille de la vendange.