Adventices du maïs : la donne a changé !

Depuis la disparition de l'atrazine, la flore adventice des maïs a fortement évolué.

Depuis la disparition de l’atrazine, la flore adventice des maïs a fortement évolué. Si la fréquence des dicotylédones classiques est en légère diminution, celle de nouvelles dicotylédones comme la mercuriale annuelle, la renouée liseron et la renouée des oiseaux, est en revanche en forte progression.

La flore adventice des maïs peut aujourd’hui être classée en trois grandes catégories :

  • Les dicotylédones dites classiques, celles déjà présentes avant le retrait de l’atrazine : chénopodes, morelles, amarantes, renouées persicaires…
  • Les dicotylédones dites émergentes, apparues depuis le retrait de l’atrazine : mercuriale annuelle, renouée des oiseaux et renouée liseron, mouron des oiseaux, arroche, datura…
  • Les graminées estivales, avec le développement de certaines espèces : panic pied-de-coq, sétaires, digitaires, pâturins…

Les nombreux essais réalisés sur le terrain depuis dix ans par Arvalis-Institut du Végétal ont permis de constater que sur les dernières années, les dicotylédones classiques étaient en légère régression. En revanche, les dicotylédones émergentes augmentent en fréquence et en densité. Les graminées, quant à elles, présentent une fréquence relativement stable, mais une densité en légère progression.