Aclonifène, véritable outil de gestion des graminées résistantes

L’aclonifène, contenue dans les produits Bayer Nikeyl®/Cline® et Challenge® 600, est une molécule efficace contre un large spectre de dicotylédones et de graminées.

« L’aclonifène : une des rares molécules à avoir 2 sites d’action, pour une meilleure gestion de la résistance. »

Pascal Boulin
Responsable Technique Betterave, Oléo-protéagineux de printemps et Molluscicides

L’aclonifène, diphényléther (DPE) utilisé en traitement de pré-levée sur différentes cultures, présente une symptomatologie qui n’est pas typique de cette famille d’herbicides inhibant classiquement la voie de biosynthèse des chlorophylles. A la lumière chez les plantes traitées, ce phénomène entraîne l’apparition de très larges nécroses foliaires qui deviennent létales.

Avec l’aclonifène, des feuilles émergent sans pigments et ce n’est que plus tard, sous une lumière intense, que se développent des nécroses et un dessèchement total des parties aériennes.

Il a été démontré que l’aclonifène possède deux modes d’action biochimiques très différents s’exprimant pour des concentrations internes identiques. Dans l’histoire des herbicides, c’est la première fois qu’une telle situation est décrite.

Cet herbicide est à la fois inhibiteur de la synthèse des chlorophylles et de celle des caroténoïdes.

Cela suggère que l’apparition de lignées d’adventices résistantes sur les deux cibles biochimiques atteintes par l’aclonifène est très improbable.

Cela montre tout l’intérêt de cet herbicide : appliqué sur cultures oléoprotéagineuses, il offre la possibilité de prévenir et de gérer les résistances des vulpins et ray-grass dans la rotation.