Sécurité, environnement : Bayer mobilisé pour faire progresser les pratiques de protection des plantes

Le colloque sur les techniques d’application des produits de protection des plantes se tenait les 13 et 14 mars 2018, à Lyon. A cette occasion, un large panorama des axes de progrès a été présenté aux acteurs du secteur agricole. Bayer a notamment proposé un bilan de ses actions concernant la sécurité de l’applicateur, la qualité de l’eau ou les abeilles.

L’ensemble des acteurs de la protection des plantes se sont réunis les 13 et 14 mars à Lyon, pour le colloque sur les techniques d’application des produits de protection des plantes. Un large focus était proposé sur la sécurité des opérateurs et la protection de l’environnement. Bayer a pu faire valoir son antériorité sur certaines démarches dont la pertinence se vérifie au fil des ans.

Le remplissage sécurisé du pulvé, un enjeu clé

900
exploitations sont équipées en easyFlow

Sonia Laurent du Département Agriculture Durable présente easyFlow, lancé fin 2013.
Ce dispositif facilite le remplissage du pulvé tout en réduisant l’exposition de l’opérateur de 96 % lors de la phase de préparation/remplissage de la bouillie. Une nouvelle version : easyFlow M a été lancé en février 2018 et est plus spécifique aux pulvérisateurs grandes cultures.

A ce jour, plus de 900 exploitations sont équipées en easyFlow. Ce dispositif est parfaitement en lien avec l’actualité : une norme internationale appliquée aux systèmes de transfert clos, ou Closed Transfer System (CTS), est en cours d’élaboration.

Quand la biodiversité intègre une démarche centrée sur l’eau

Préserver la qualité de l’eau ? Une autre thématique pour laquelle la mobilisation des membres de l’AFPP ne date pas d’hier. À ce titre, Céline Ballesteros, du département agriculture durable de Bayer, a fait le point sur le projet Doazit Agri’eau, sur le bassin versant de la commune de Doazit (Landes).

Lancée en 2013, et renouvelée en 2016 pour trois ans, la démarche concerne 41 agriculteurs exploitants 430 hectares. De nombreux diagnostics ont été menés pour caractériser le milieu et les risques liés aux pratiques agricoles. En découlent des formations et des réunions d’échanges avec les agriculteurs, dont les pratiques changent progressivement. Les partenaires de Doazit Agri’eau ont désormais l’ambition d’intégrer l’enjeu biodiversité dans le projet.

Les abeilles passent à la pesée !

A SAVOIR

Le Parlement européen a exprimé, quelques jours après le colloque de l’AFPP, son intention de mettre en place une stratégie autour de la santé des abeilles

Les acteurs de la protection des plantes sont, ici aussi, déjà à pied d’œuvre. Bénédicte Laborie, experte biodiversité et abeilles chez Bayer, a présenté un moyen simple, mais efficace, de mieux connaître les habitudes des butineuses : des balances connectées, suivant en temps réel le poids des ruches.

Sur 2016 et 2017, des modèles de « journée-type » des abeilles ont été conçus, et notamment les périodes auxquelles elles quittent la ruche. Une manière très concrète d’identifier les périodes pendant lesquelles les traitements avec des produits à mention « Abeilles » sont à éviter.