Laver son pulvérisateur sur la parcelle

Dernière mise à jour le 10/03/2014

La lutte contre les pollutions ponctuelles s’opère à chaque instant de la pulvérisation. Pour limiter la quantité d’effluents phytopharmaceutiques sur le siège de l’exploitation, le rinçage et le lavage à la parcelle sont les solutions, à condition de respecter quelques règles.

Une fois le traitement terminé, reste à éliminer la bouillie résiduelle. Afin de limiter la quantité d’effluents phytosanitaires à gérer sur le siège de l’exploitation, grâce à une aire de lavage, la cuve peut être vidangée presque en totalité et nettoyée sur la parcelle.

Les modalités de lavage sont alors définies dans l’arrêté du 4 mai 2017. Elles précisent les distances par rapport aux points d’eau, les caractéristiques des sols et les équipements et consignes nécessaires pour effectuer le rinçage de la cuve comme le lavage du pulvérisateur.

Sonia Laurent

À propos de l'auteur
Sonia Laurent
Ingénieur Bonnes Pratiques


Equipements indispensables

Pour réaliser le lavage au champ, le pulvérisateur doit posséder une cuve de rinçage d’un volume au moins égal à 10% du volume nominal de la cuve principale, afin d’effectuer deux dilutions successives. Des buses de rinçage installées à l’intérieur de la cuve, appelée rotobuses, garantissent un nettoyage optimal.

Conditions de vidange ou lavage au champ

La vidange du fond de cuve est autorisée sur la parcelle à condition que la concentration en matière active soit divisée par 100 et qu’au moins un rinçage et un épandage ait été effectué.

L’épandage du fond de cuve dilué est réalisé jusqu’au désamorçage du pulvérisateur sur la parcelle ou la zone ayant reçu le produit.

Le lavage au champ ne peut être réalisé qu’une seule fois par an sur la même parcelle. Ces indications sont à renseigner sur la fiche de traçabilité de l’exploitation.

Les distances à respecter pour cette opération sont :

  •  50 mètres des cours d’eau, caniveaux, puits et bouches d’égout
  • 100 mètres des lieux de baignade, points de prélèvement d’eau destinée à la consommation humaine, piscicultures et zones conchylicoles

 

La parcelle doit être capable d’absorber les effluents en évitant les risques d’entrainement par ruissellement ou en profondeur, c’est-à-dire qu’il est interdit de vidanger la cuve sur des sols :

  • gelés ou abondamment enneigé
  • en forte pente
  • très perméables ou qui présentent des fentes de retrait
  • saturés en eau

 

Le lavage de la cuve n’est donc pas réalisable par temps pluvieux.

Le lavage extérieur du pulvérisateur

Il est possible après un rinçage interne du réservoir et un épandage du fond de cuve dilué. Si la parcelle est éloignée du siège de l’exploitation, la présence d’un kit de lavage est indispensable, c’est-à-dire une lance haute pression alimentée par le tracteur ou alors la présence d’un réservoir d’eau claire (50 à 100 litres) relié à la pompe du pulvérisateur.

Pour gérer ses effluents phytosanitaires à l’exploitation :

Sur ce sujet, vous pouvez également consulter : Lavotop Pulvé

Pour en savoir plus sur cette thématique contactez Bayer Service Infos

Partagez cet article :