Les fondements du raisonnement de la protection des céréales contre la fusariose

Dernière mise à jour le 20/05/2013

Le raisonnement de la protection des céréales contre la fusariose nécessite une vision globale. Travail du sol, choix des variétés, densité de semis, fertilisation, protection fongicide, gestion des résistances, sont les points clés à prendre en compte.

Le travail du sol

 

Le broyage des résidus de récoltes hôtes comme le maïs, le sorgho ou une céréale à paille et l’enfouissement grâce au labour évitent la conservation de la maladie.

Le choix des variétés

La sélection variétale a permis de créer des variétés résistantes ou tolérantes à la fusariose. Le choix n’est pas toujours simple car souvent, celles qui sont peu sensibles à la fusariose le sont à la septoriose.

La densité de semis

Un compromis est à trouver pour obtenir une densité de plantes satisfaisante et un bon niveau du rendement.

La précocité de semis

La précocité de la date de semis accentue le risque de développement de la fusariose, surtout si la date de formation des épis coïncide avec la période de forte pluie.

Le désherbage

Un désherbage en cours de végétation évite la formation de “zone réservoir”.

La protection fongicide

Le positionnement du fongicide pendant la floraison est essentiel. L’outil d’aide à la décision DONcast® alerte sur le risque à la parcelle.

Pour en savoir plus sur cette thématique contactez Bayer Service Infos

Partagez cet article :