Blé : comment construire un programme de protection fongicide durable ?

Dernière mise à jour le 01/12/2015

La clé d'entrée d'un programme fongicide sur blé tendre se raisonne en fonction de la maladie la plus préjudiciable. Au Nord, surtout, mais aussi de plus en plus au Sud, il s'agit de la septoriose. Cette maladie est qualifiée comme l'ennemi n° 1 des cultures de blé tendre. En blé dur, la rouille brune est le problème majeur. Quant au déclenchement d'une épidémie de fusariose, il dépend surtout de l'itinéraire cultural et des conditions climatiques à l'épiaison.

Le positionnement du T1 pour bloquer la septoriose, cible prioritaire du programme fongicide sur blé tendre, s’effectue en fonction des alertes des Bulletins de santé du végétal et de celles des techniciens agricoles utilisant l’outil d’aide à la décision Positif.

 
Le choix vers l’une des solutions Bayer à base de prothioconazole, se détermine ensuite selon le risque de développement de l’une des maladies foliaires secondaires : oïdium, rouille. L’historique sanitaire de la parcelle est alors un indicateur à prendre en compte. Dans tous les cas, ces solutions ont un large spectre d’action qui permet de sécuriser le rendement.

 

Mémo

Le choix du produit : réflexion en deux temps

  • Premier critère : La performance du produit sur la cible n°1. En blé tendre, la septoriose est la plus problématique.
  • Second critère : le risque de développement de maladies secondaires comme la rouille et l’oïdium.

 

Les fondamentaux pour un programme de protection durable :

  • Adaptez votre programme à la sensibilité des variétés de blé
  • Choisissez le bon produit en fonction du complexe parasitaire dominant et en croisant avec l’historique de la parcelle.
  • Soyez attentif aux recommandations des bulletins techniques.
  • Appliquez les produits au bon moment : en lien avec le technicien, l’outil Positif assure le bon positionnement du traitement contre la septoriose.

 

La juste dose, ni plus ni moins :

c’est la dose recommandée par votre technicien ou qui figure sur l’étiquette du produit. 

Pour en savoir plus sur cette thématique contactez Bayer Service Infos

Partagez cet article :