Le climat, facteur clé de la contamination par les fusarioses

Dernière mise à jour le 10/03/2014

Une hygrométrie élevée, juste après la formation de l’épi conditionne la diffusion du pathogène, et la production de toxines.   

Le baromètre est donc à surveiller plus particulièrement à partir de la floraison. Si les pluies durent, mieux vaut empêcher le développement de la maladie.

Et après la floraison, la persistance de la pluie accélère la progression du champignon dans les épis.

L’alerte traitement doit donc être donnée avant que le champignon ne gagne l’épi. Le meilleur moment pour traiter, si ces conditions climatiques sont réunies, correspond au stade sortie des étamines.

L’outil d’aide à la décision DONcast® permet aussi de prévoir le bon moment pour traiter.

Pour en savoir plus sur cette thématique contactez Bayer Service Infos

Partagez cet article :